• — •   Y A M A N D A   R A    • — •
— P A X   D I A M — 

Centre de Recherches & Applications

 

 Ce livre a été publié en 2008.

C'est le premier volume de RADIOPSYCHOLOGIE,
la nouvelle psychologie du XXIe siècle.
Le «Biochamp» est le champ énergétique humain,
qui fonctionne comme interface entre la conscience humaine
et l'environnement au sens large.
Pour l'expliquer, le modèle de l'atmosphère de la terre a été donné.
Les Sciences humaines et la médecine devraient s'intéresser
à apprendre comment gérer la santé et sa prévention
au moyen du biochamp.
 
 

> BLOG FR 

ACTUEL

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Catalogne réveille-toi !
Octobre 2017

«Endarrera aquesta gent /tan ufana i tan superba» (...)

«Que tremoli l'enemic, en veient la nostra ensenya / com fem caure espigues d'or, quan convé seguem cadenes.» (...)

(Renvoie ces gens, si vaniteux et méprisants. Que l’ennemi tremble, en voyant notre bannière /comme nous faisons tomber les épis d’or, quand l’heure viendra, nous couperons nos chaînes.)

Paroles de l’hymne catalan.

Cette époque est révolue, comprenez-le bien. Car les «gens vaniteux et méprisants», c’est vous, les indépendantistes. Vous avez un comportement d’un passé révolu, d’enfants gâtés et égoïstes. Séparatistes et «coupeurs de chaînes» ! Si fiers, vous n’avez pas appris la leçon basque. Même si les événements sont différents.
Sortez de votre rêve d’un autre temps ! Sortez de votre mirage dangereux qui prétend votre communauté autonome être une nation. Ce n’est pas le cas. Prenez la mesure de votre action – le vote pour l’indépendance du 1er octobre 2017 – et comprenez bien que vous avez pris en otage la moitié de vos concitoyens catalans et l’entier du peuple espagnol. Dont la plupart sont membres de communautés autonomes identiques à la vôtre. Est-ce donc une action juste et justifiée ? Certainement pas, et bien au-delà de l’illégalité constitutionnelle qu’elle représente.
Les revendications lingusitiques ne tiennent pas la route, puisque le castillan est toujours, statistiquement, la langue la plus représentée en Catalogne. Les revendications économiques, avec un PIB de 20% dans sa participation nationale est une réalité qui se réduira comme peau de chagrin, si vous entendez déclarer votre indépendance unilatéarale. Sans monnaie et perdant la citoyenneté européenne – rappelons que les Catalans sont les plus Européens de toute l’Union – vous perdez tout ce qui fait votre richesse depuis plusieus décennies. Une auto-destruction basée sur des égos surdimensionnés, avides de liberté illusoire. Car cette liberté-là est le véritable enchaînement qui vous fera plier, à l’heure où le monde entier se tourne vers plus de solidarité, de respect mutual, de coopération, d’intégration, d’intégrité et d’inclusivité entre tous. Qualités que vous ne démontrez pas vraiment.
Ne soyez pas obtus dans votre mentalité, car selon votre hymne, «l’ennemi qui tremblera en voyant votre bannière étoilée», c’est vous-mêmes: le coup de lance dans votre pied. Discernez la réalité du monde moderne auquel vous participez.

Et allez plutôt prier la Virgen del Pilar (la Vierge Noire de Zaragoza) le 12 octobre prochain, c’est Elle, représentante sur la terre espagnole de la Mère du Monde, qui vous donnera le message de justice et de justesse, d’harmonie et de compassion, pour votre transformation en un pays où la culture de la participation citoyenne est volonté de vivre tous ensemble pour partager les épis d’or qui sont le cœur de votre identité.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

«Dataéisme» et manipulations souriantes
Septembre 2017

Le marketing endormissant fonctionne bien, très bien. Merci pour lui. Les titres ronflants qui font certains professeurs d’université très formatés (pas tous) et assis sur leur piedestal autoritaire au cœur d’amphithéâtres bondés, où les étudiants ingurgitent des théories fumeuses la bouche mi-ouverte, sont toujours plus nombreux. Les uns s’endorment, les autres sourient en soupirant, certains s’emballent et bien peu constatent la fumisterie manipulatoire des faits racontés sous couvert d’appuis scientifiques. «Fake news» comme on peut l'entendre ici et là...

Tous les ingrédients du savoir globalisant et objectif sont réunis pour ensuite en produire des ouvrages, que la gent soit-disant intelligente, raisonnable et distingant le juste du faux que l’on nomme homo sapiens est en mesure d’intégrer par une lecture synthétique de l’histoire de l’humanité, dénigrant même les droits humains comme étant un mythe imaginaire. Tout comme la liberté, qui selon l’auteur, a été inventée par l’homme et «n’existe que dans son imagination».
Que nenni. Les millions de lecteurs qui s’abreuvent à ce genre d’histoire séduisante, sont encore une fois floués. Il lui manque un pan essentiel et subjectif, universel et invisible à l’intellect objectif habitué aux raisonnements… La vérité de l’Histoire humaine est toute autre.

Ce genre de déni peut facilement être analysé par une psychologie un tant soit peu éclairée : stratégie de défense de son système de pensée angoissé et contradictoire, la perception du monde de l’auteur semble faire référence à sa culture juive, refusant, évitant certaines réalités qui pourraient le mettre en danger intérieurement. D’où le piège de ses nombreuses remises en questions personnelles de sa version de l’histoire du monde. Partagé publiquement. C’est faux comme approche. Et ce n’est pas ainsi que l’on peut apporter sa pierre à l’édifice de l’évolution.

Encore une fois, les médias sont le canal idéal à propulser sur la scène publique des ouvrages que les librairies vont empiler aux endroits bien visibles, pour permettre aux acheteurs de tendre le bras sans ciller. Ensuite, bien calés dans un fauteuil, ils vont rassasier  avidement et passivement leurs quêtes existentielles, jusqu’à l’indigestion. Sans discernement individuel. Mais rassurés sur l’évidence des théories présentées. Super, la vie peut continuer.

Pour l’auteur, le succès est total. Et de continuer sur sa lancée, en parlant de l’hommes nouveau – l’homo deus (l’homme-dieu) –  dans un nouvel ouvrage (publié chez Albin Michel tout récemment –  dont la responsabilité éditoriale n’a que faire lorsqu’il s’agit de faire du chiffre d’affaires). Cet homme nouveau ne peut devenir un dieu qu’à travers le génie génétique manipulé, la technologie électronique invasive de la biologie, pour toujours plus de connexions planétaires et ce que l’auteur nomme le «dataéisme», ou la gestion de l’humain par les données informatiques, dont le Big Data est un pâle reflet. Toujours dans son histoire illusoire, il mentionne cette Apocalypse biblique catastrophique, imminente dans le temps et l’espace. Dont il a (sciemment ?) oublié sa véritable étymologie en grec qui signifie Révélation. Mais révélation de quoi ?
Ses théories sur les religions monothéistes – inventions culturelles imaginaires – déconstruisent l’histoire telle qu’elle a été vécue par la civilisation humaine, sans faire référence à la réalité vécue par les milliards d’être humains dont l’ADN est imprégné de souffrances, d’idéaux, d’illusions et de spiritualités diverses qui font la richesse et la diversité des cultures depuis toujours.

Et Dieu dans tout cela ? L’homo deus selon l’auteur ressemble davantage à un robot bien objectivé dans ses algorythmes d’informations mathématiques. Et l’âme qui selon lui n’existe pas, est une vue de l’intellect embourbé dans la matérialité objective de son déni.

Bien loin de l’Homo Sapiens Divinis, dont à ce jour, seul autorisé, l’Institut Lyceum Mustair en Suisse déroule le programme d’enseignement, pour ceux qui veulent véritablement entamer cette voie, selon les lois universelles et la vérité effective, très loin des croyances religieuses dans lesquelles nous avons baigné pendant des millénaires.

Mais revenons à la révélation, dont l’Apocalypse de Jean parle. L’humanité dans son ensemble va pouvoir accéder par tous les moyens à sa disposition (selon son niveau de conscience) à sa véritable connexion divine, en prenant acte consciemment de l’évidence du fonctionnement de son «cœur franc imbu d’Intelligence», qui détermine la présence de l’immanence de Dieu au sein de son intériorité. Cela indiquera à tout un chacun qu’il, elle a un rôle à jouer dans l’avènement des relations humaines justes, pour instaurer la paix nécessaire sur toute la planète. Pour ensuite coopérer au grand Plan de l’évolution et du changement de paradigme, sous la houlette de nos frères aînés, maîtres en matière de conscience illuminée, que l’Apocalypse nomme le «Royaume de Dieu descendu sur terre».

Alors ne nous leurrons pas : les mots-clés de l’avenir sont bien la compassion, la bienveillance du cœur ouvert, l’expérience de relations fraternelles entre tous, la reconnaissance du Dieu intériorisé et sa connexion permanente (sans besoin d’instruments électroniques), ouvrant les portes au cinquème règne sur Terre par l’Homo Sapiens Divinis. C’est cela la véritable révélation.

Si les gouvernements pouvaient en prendre acte et diriger l’ensemble des nations de cette manière, la justice de Dieu prendrait une nouvelle compréhension au cœur des humains, dans une justesse des comportements que l’on nomme fraternité.

Que maintenant Yuval Noah Harari et ses éditeurs prennent conscience de la difficulté à devoir corriger à large échelle – pour se rapprocher de la vérité – de tels écrits...

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Le nuage lourd du système financier mondial «Climat»
Juin 2017

«Ils» l’ont bien compris. «Ils» nous manipulent encore et toujours. «Ils» veulent encore nous avoir. Comme s’il n’y avait pas assez de mauvaises nouvelles sur la Planète Bleue. Mais oui la Planète est Bleue et le restera, c’est garanti. Au moins cela. Bleu comme la Cohésion que nous voulons partout. Couleur la plus portée par les humains à travers tous les continents. Bleu comme les Océans: ceux d’en bas, comme ceux d’en haut. Comprenne qui pourra. Mais les scientifiques, les gouvernants, les financiers, eux n’en savent rien ! Ceux-là nous bassinent de nuages épais, dont les théories, les statistiques et les juteux projets financiers à connotation environnementale sont la manne quotidienne. Attention !

«Giec, giec, giec….» des pies voleuses à tous les coins de rues bondées, pour imposer de soi-disantes expertises chiffrées, qui ne sont qu’illusions mathématiquement imparables, dont la plateforme onusienne est première garante. Et probablement source de sa propre auto-désintégration prochaine. L’ONU n’est en effet plus viable avec de telles machinations alambiquées.

La catastrophe planétaire du réchauffement climatique n'aura pas lieu. Parce que la Nature a un plan d’auto-régulation induit par les groupes de consciences humaines qui œuvrent en ce sens. Des champs d’énergies physiques et cosmiques intriqués sont créés à chaque instant. Qui détruisent, reconstruisent et équilibrent l’ensemble de la biosphère au sein du système solaire. Toute décision prise à un moment donné fait automatiquement partie d’un rebut dépassé selon les lois de la Nature, dont les conséquences sont évidemment à mettre à la charge des pouvoirs gouvernants dominants. Et cela fait partie de l’obsolescence programmée des mentalités assises sur le système financier qui veut tout organiser. Donc attention, faites très attention !

On assistera davantage à une catastrophe planétaire de ce système sans retour qui se met en place peu à peu partout, avec les fonds de financements verts tous azimuts (Green Finance). Cela signifie actuellement dans leurs intentions: la brevettisation ultime des «pâquerettes de votre jardin», que vous ne pourrez plus arroser avec l’eau de votre robinet, mais avec celle qui convient à tel type de plante, de l’air que vous ne pourrez plus respirer si vous ne payez pas votre écu, de vos déchets déjà triés et recyclés (on paie actuellement quatre fois cette taxe à travers diverses obligations contractuelles privées et publiques – région Lausanne, Suisse), et la géoingénierie pour en citer quelques unes. Le tout accompagné des habituelles culpabilisations d’usages et incitations légalisées par des technocrates, dont le bon droit s’assoira sur de pseudo-scientifiques rapports d’experts dont ils ne comprennent strictement rien.

Et c’est le citoyen qui paie les abus scientifiques, passe-droits de la politique moderne technocratique dont les gouvernants sont les commandeurs et les larbins, hors de tout discernement (d’où les appuis scientifiques, financés par ces mêmes gouvernants).

Non, la catastrophe planétaire du réchauffement climatique selon le GIEC et selon les âmes grincheuses n’aura pas lieu. Car ses projections en chiffres et graphiques soit-disant globales ne reflètent pas, mais pas du tout la réalité de cette conscience de Gaïa que l’on nomme biosphère. Assez de polémiques. Assez de paroles en l’air, pollué par les incompétences décisionnelles, qui ne peuvent enregistrer que l’image du principe de Peter et son impuissance phénoménale à sortir son format habituel. Que l’on nomme inertie.

A l’aune de la décision du Président Trump de se retirer de l’Accord de Paris (COP21, signé par de nombreux pays, mais en fait dénote une technocratisation légalisée des faits et du financement hors de propos raisonné – au nom  de l’aide aux pays en développement, toujours…), posons-nous la vraie question sous-jacente, à savoir: le réchauffement climatique et l’accumulation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère causés par l’usage anthropique et concernés par l’Accord, sont-ils la réalité, ou y en a-t’il une autre qui régit les lois physiques de la biosphère ?

La biosphère, contrairement aux théories scientistes habituelles et segmentées, fonctionne avec une auto-conscience, une auto-régénération que certains ont voulu nommer résilience, un auto-fonctionnement et une auto-adaptation.
Prenons-en de la graine. Ce que fait la Nature à chaque instant.
Mais on n’y arrive pas. Pourquoi ? Nous avons la tête dans le sable des smartphones et la simple observation de ce qui nous entoure – environnement oblige – n’existe pas. Affaire de bon sens. Qui n’existe pas non plus. Surtout pas dans les assemblées gouvernantes. Alors que faire ?
C’est tellement simple, qu’un enfant de maternelle y souscrirait immédiatement….
Réveillez-vous ! Vous dormez !
Assis, debouts, couchés, à table, au travail, en marche, vous dormez !!
Ohé ! réveillez vous ! C’est l’heure d’agir. C’est l’heure de changer vos habitudes de lutte guerrière en attitudes de bienveillance.

Et pour cela, pas besoin de finances, pas besoin de rapports scientifiques, pas besoin de technocrates-experts au pouvoir, pas besoin d’accords sur l’environnement à sens unique d’un coq gaulois enrubanné, pas besoin d’un système établi. Non.

Mais besoin de chacun de vous, avec votre conscience et votre créativité, en état d’âme concitoyenne et interdépendante planétaire. C’est tout. C’est si peu et tellement à la fois ! C’est votre lumière intrinsèque qui nous importe. Réveillez-vous et allumez-la. Peu importe où et comment. Allumez-la. Elle est au fond du cœur. Créez et innovez ! Faites confiance à la biosphère ! Vous en faites partie ! Et le changement climatique aussi.
Oui, les climats (!) changent sur toute la planète. Parce que nous changeons de paradigme.
Les scientifiques devraient étudier ce changement-là en toutes ses implications. Et cesser d’alerter le monde sur les élévations de températures et leurs prédictions catastrophiques.
Surveillez les volcans. Surveillez le ralentissement des grands courants subocéaniques and leurs modifications. Surveillez la disparition de certaines espèces animales et végétales.  La Nature nous mobilise à prendre part à ces transformations. Sans peurs. Avec bienveillance.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Une décision en conscience ?
Juin 2017

Le Président Trump se retire des accords de Paris (COP 21). Scandale dans les chaumières. Et développement de l'économie des énergies rétrograde, pour ceux qui observent les demandes de changements, en fonction du leitmotiv de sauvegarde des ressources de la planète.
Et pourtant. Tous les présidents américains sont au courant des recherches environnementale, planétaire et cosmique, effectuées depuis les années 1960 par... la CIA. Quelle conscience avons-nous de ce qui se passe vraiment autour de nous ? Quelle conscience développent les scientifiques qui se penchent sur la question depuis longtemps et que nous disent-ils ? Qui sont ces scientifiques qui nous manipulent tous, y compris les politiciens, par statistiques et projections interposées ?

Je suis scandalisée de ce constat où les médias, manipulés aussi, nous entraînent dans une soupe d’informations contradictoires et fausses. Les climatologues sont passés maîtres en termes de statistiques et projections mathématiques. Alors que la climatologie est d'abord un sujet de physique, donc de compréhension comportementale au sein de la biopshère. Première manipulation. Les suivantes sont d'ordre informationnel, décisionnel et bien sûr financier.
Et ici, je veux mettre les choses au point pour une véritable compréhension du sujet:

1a) il n’y a pas de réchauffement climatique !! Il y a un réchauffement planétaire. Et ce n’est pas la même chose svp.
Pour le dire simplement, le réchauffement planétaire est lié à l’interaction des champs magnétiques solaire et terrestre, à partir d’une modification de trajectoire du système solaire au sein de la galaxie, comportant une augmentation de radiations cosmiques sur terre. En cela, l’humain n’y a rien à voir ! La hausse de la température est donc inéluctable et provient en résonance inductive, entre l’intérieur de la terre, et l'héliosphère, reliée au soleil.

1b) La fonte des glaces aux pôles est une nécessité en fonction du point 1a). La Terre jusqu’à présent est une sphère qui ressemble à une tomate aplatie à cause du poids des glaces polaires. Pour pouvoir se mouvoir de façon plus harmonieuse avec une vitesse plus constante (rotation et orbite), elle a besoin de devenir un ballon de football bien rond. La répartition générale du poids est facilitée par la liquéfaction de l'eau sur le globe. Et oui, le niveau des océans monte de par ce fait de pure mécanique. Ainsi, la seule fonction humaine en relation avec ces changements de physique cosmique (!) est son degré de conscience en tant qu’unité participant d'un tout plus vaste, dont on segmente comme toujours tous les éléments. On est bien loin de la globalité râbachée dans toutes les discussions.

2) Du point 1) découle en conséquence des changements climatiques de la biosphère. Que nous pouvons mesurer en divers point de la planète effectivement. A nouveau, les hausses de température sont inéluctables. Mais elles seront suivies de baisses drastiques de température, lorsque le cycle de l’eau général planétaire aura effectué ses modifications. Observons partout !!! Les volcans se réveillent, les plaques tectoniques bougent, s'ouvrent et forment de nouveaux continents. A nouveau ici, l’humain n’y a rien à voir ! Mais la conscience de Gaia.

3) Les accords de Paris (COP 21) et tous les rapports annuels scientifiques (GIEC entre autres), impliquant les mésusages humains de ressources énergétiques, sont liés à ce que l’on doit absolument considérer comme des incidences de pollutions environnementales terrestre et atmosphérique, dues aux comportements humains excessifs. 
Toutes les initiatives permettant de changer nos comportements sont justes, mais elles sont toutes dirigées sur nos aberrations et pas sur cette illusoire volonté de faire baisser la température. En cela, il faut reconsidérer la manière de communiquer les choses et sérier les problématiques avec plus de clarté pour une compréhension de la réelle vérité des faits.

Les gaz à effet de serre par exemple, sont effectivement dus pour partie à l’activité humaine dont le domaine de la chimie développé depuis les années de guerre (IG Metall en Allemagne pour ne pas la nommer) ont fait des ravages dans tous les domaines. Depuis lors, nous sommes à la merci des apprentis sorciers officiels de la chimie, dont l'industrie pharmaceutique est un des acteurs principaux de la destruction généralisée du Vivant.
 
Le trou d’ozone, lui n’est pas dû à l’activité humaine, mais à une action de «l’intelligence innée» de la biopshère, pour équilibrer les stupidités humaines. Et ouvrir une porte à la régénération atmosphérique liée au point 1.
A nouveau, recherchons les causes vraies et sortons des cadres académiques donnés par les chiffres statistiques des projections qui sont loin de la réalité. Ce sont des pièges pseudo-scientifiques, qui portent préjudice à toute décision que l’on souhaite éclairée lorsque l’on est en position de gouverner.

A partir ce ce qui précède, je constate que la conscience humaine des problématiques soulevées ici, n’a pas vraiment le niveau requis pour l’avancement général de ce que l’on nomme l’évolution par l’esprit…. Et les dirigeants ne font que croire malgré eux des théories de scientifiques (c’est très tendance), dont les salaires payés par nos impôts sont gaspillés dans ces fumées polluantes.

Discernons le bon grain de l'ivraie, c'est urgent.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Une élection surprenante
7 mai 2017

Emmanuel Macron, Président de la République française. Après une campagne qui a déjoué tous les schémas habituels partisans et polarisés, après les «affaires» qui ont fait émerger des usages fondamentalement anti-démocratiques et pratiqués depuis des lustres de manière si hypocrite, après tout cela, la France a décidé de tendre la main à un programme qui la dépasse pour le moment, mais à qui elle fait confiance pour 65 %.

Au-delà de la la personne et de la personnalité du nouveau Président, au-delà des analyses médiatiques qui ne s’appuient que sur des chiffres et des calculs (encore !), la France a lancé un message clair à son pays et à la démocratie: la paix plutôt que la guerre.
La paix plutôt que l’agressivité. La paix des peuples par les échanges éconnomiques, plutôt que la crise mettant tout le monde à terre. La culture de la paix qui mène –forcément – à la fraternité des citoyens. Finalement.

Oui, le protectionnisme nationaliste est d’un autre âge. Oui, des citoyens qui crèvent la faim ne sont pas aptes à penser autrement et ne peuvent s’engager pleinement pour la collectivité.
Et oui, j’ai trouvé magnifique cette marée de drapeaux français vibrant dans l’air frais de cette soirée parisienne.

Que la France puisse espérer dans le changement de cette jeunesse qui sourit aux talents et à la créativité de chaque instant. Pour tous.
Le pays va s’engager aux côtés de son président, avec une autre vision de la démocratie, pourvu que les équipes gouvernementales sachent que le soutien était prévu de longue date, au-delà des calendriers prévus. Et que les choix se tournent vers le futur et non ver sle passé. Puisque c’est un projet de changement majeur de paradigme politique à long terme pour la planète entière.

 sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Contradictions électorales
Avril 2017

C’est la dernière ligne directe. Qui de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron emportera l’élection présidentielle française ? Nul ne peut le dire. Surtout au vu des contradictions qui s’additionnent chaque jour. C’est effarant de voir combien le cœur est inexistant. Et les chiffres (faux pour bien d’entre eux) s’accumulent en stratégies repoussantes. Et ça fait mal au cœur.

Le slogan de Marine Le Pen «Au nom du peuple» remonte aux oreilles comme un leitmotiv du siècle passé. Le bon peuple devrait se rallier par l’unité derrière son chef, car rien n’est possible autrement. Non. Un peuple est déjà une unité en soi. Si c’est le motif du choix d’élection, c’est une ralliement à une idéologie. Encore.
Mais si le motif est ailleurs, alors c’est une grossière erreur de langage. La France, la grande, celle à laquelle j’appartiens par le cœur et par le sang depuis des générations, bien que le passeport soit inexistant, la France donc représente DES peuples. Unifiés ceux-là, par la culture et l’histoire. Et c’est très très différent ! Discernons.

Et quid de la démocratie dans ces conditions ? Le programme de repli nationaliste et de l’éloignement de l’Europe est-il chant du coq ou chant du cygne ? A voir. Le «Frexit» voulu par la candidate peut-il être entériné en cinq ans ? Assez difficile puisque la constitution française a inscrit son appartenance à l’Union européenne. Donc, union sacrée désacralisée ? Ne peut-on pas imaginer de changer le paradigme européen depuis l’intérieur ? Dans l’échange participatif?  C’est pourtant ce que l’on fait individuellement, si l’on veut avancer et évoluer en élevant le niveau de conscience…. Faire miroiter une autre Europe dans ces conditions semble bien illusoire.

Emmanule Macron quant à lui présente la jeunesse de ses qualités et défauts. Il a pourtant le mérite d’avoir annoncé la couleur d’un candidat hors parti. Une gageure au pays de la monarchie républicaine. Oui, il danse sur une corde raide. Prêt à tomber. C’est dur. Il le sait. Surtout lorsque les vieux lions rugissent d’autant de tentatives de récupérations de droite ou de gauche. Assurément, il se trouve dans une situation qui déstabilise tout le monde. A voir s’il pourra y faire face. Sa tâche est rude. Mais il peut y arriver, si son discernement et sa lucidité le maintiennent sur sa ligne de conduite propre, quitte à en fâcher certains. Et s’il arrive à maîtriser son émotionnel colérique qui pourrait le faire basculer ailleurs que prévu.

Quant aux égrégores respectifs, il faut en dire un mot. Celui de Macron – la finance – pourrait être considéré comme très positif pour la collectivité de deux manières: la création d’entreprise et le monde du travail en général. Et surtout, permettre enfin de réconcilier la population française de  ce sentiment assez pervers de haine/amour de l’argent qui les dessert depuis tant de lustres.
Marine Le Pen elle, n’a pas vraiment annoncé avec fracas qu’elle s’était retirée du Front National. En tous les cas beaucoup trpo tard, pour se libérer de son égrégore extrémiste. Car ceux qui s’expriment toujours en des termes du passé, sont toujours derrière son dos et elle le sait. Ils continuent de la suivre comme la traîne d’une mariée qui s’encouble et titube.
Voter pour l’un ou pour l’autre sera bien difficile aux Français habitués aux blocs d’idées et d’idéaux.

Cependant, le changement de paradigme politique est voulu pour l’avenir de la société. Pour un mode de pensée différent, il nécessite forcément des cassures, des destructurations, des vides, que le «bon peuple», même brillant en pensée, ne pourra que subir, s’il n’y participait pas.

 

Que soit la vraie démocratie !

 

sylvie touranne 

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Au pays des bas instincts
Mars 2017 

Les élections néerlandaises arrivent à échéance de votation (15 mars) et font des remous avec les déclarations de leur candidat radical populiste Geert Wilders. Son ascension fulgurante au gouvernement hollandais depuis 2009 indique clairement les doutes citoyens sur la manière de gouverner, comme ailleurs dans le monde. Mais sa façon viscérale de présenter son programme découle d’un passé que l’on souhaiterait révolu.
Ami de tendance politique de Marine Le Pen en France (élections en mai prochain), il use d’un verbe qui laisse pantois les citoyens hollandais qui connaissent bien leur histoire. Et pour certains encore, l’ont vécue.

Dans le monde de Geert Wilders, tout est blanc ou noir. Pas de nuances. Pas de concensus. Pas de discussion. Totalement hermétique à la critique. On aimerait savoir à quoi se rattache sa vision de la démocratie. Car sous le droit à la sacro-sainte liberté d’expression, il conviendrait de discerner le bon grain de l’ivraie.
Il semble venu tout droit des relents idéaux de la dernière Guerre, des directives de leur armée qui envahirent le pays pour éradiquer tout ce que la population comptait de «religieusement et socialement incorrect» selon leurs critères. Il s’en prend aux musulmans, comme on s’en est pris aux juifs, que cela en devient insuppportable. D’ailleurs, il vit caché dans une tanière. Et quand il sort, c’est uniquement flanqué d’une kyrielle de policiers (élu du gouvernement), pour verser sa logorrhée au public qui applaudit. Le président et unique membre du parti pour la Liberté se fait le chantre d’un «Nedexit», veut interdire toute immigration provenant des pays du Moyen-Orient, éradiquer les mosquées et écoles islamiques et traite leur Livre sacré de «Coran fasciste». Parle-t-on vraiment de liberté ici ? Cela veut-il dire que les gouvernements précédents ont été si laxistes, si ouverts à la tolérance sociale, que la goutte fait déborder le vase de l’équilibre social ?
La quintessence de la nation hollandaise démontre une ouverture effective à la multiculture, à la multisociété colorée de toutes ses différences. Et ce, depuis le moyen âge. La tolérance sociale a toujours existé dans sa mentalité.
Le problème actuel se résume à un seul mot: radicalisation.
Geert Wilders combat une certaine radicalisation dans le pays, avec sa propre vision radicale. C’est sa propre grande illusion. Et cela, c’est voué à l’échec.

Parce que l’usage des instruments du passé – dictature  – est précisément mis au rancart  par une politique citoyenne participative, où l’initiative et l’innovation locales de la population pour la collectivité doit enfin être respectée. Et admise comme élément décisionnel d’un gouvernement quel qu’il soit.

Les Pays-Bas étant toujours un royaume, pourquoi le roi n’userait-il pas de son «droit divin» à appeler ses sujets à porter à la connaissance du pays les projets de chacun, pour tous ? Ce serait tellement plus constructif pour l’ensemble….

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Le bouc émissaire d'un système
Février 2017 

Stop: au nom du Ciel arrêtons de casser du sucre sur le dos de François Fillon. C’est inintelligent, vindicatif et inutile. Cela ne ressemble surtout pas à une population qui veut élire son futur président de la République….
François Fillon n’est pas malhonnête. Il est le pur produit d’un système politique délétère, mis en place depuis des décennies. Et accepté par tous comme tel. Il a juste utilisé les instruments à sa disposition au sein du gouvernement pour pouvoir se positionner dans le temps et l’espace. Comme bien d'autres élus.
Comme candidat à la présidence, il démontre une force de ténacité devant l’adversité peu commune. C’est une grand qualité. Sauf que le temps et l’espace ne sont pas les bons. Sa présence, au mauvais moment, au mauvais endroit, augmente la vague de protestations populaires.
Son erreur peut-être: ne pas être visionnaire. Tant s’en faut. Le formatage politicien est tel que les habitudes du pouvoir ont la dent dure quand il s’agit de changer quoi que ce soit. Mais là on ne parle pas d’un individu mais de tout un système, désuet, dévié que l’on a flanqué sur les épaules d’un seul homme utilisé comme bouc émissaire. Et plus les jours passent, plus les déviances médiatiques, juridiques aussi, en deviennent honteuses. Les analyses d’instituts de sondages et autres commentaires de tours de tables forment maintenant un tissu épais, lourd de conséquences et de bavardages répugnants. Grave le niveau de non lucidité.

Si l’ensemble des candidats n’atteint pas l’idéal de transformation que réclament les citoyens, Marine Le Pen – qui a un profil identique à celui du président Donald Trump (cf. les autres articles de ce blog) – pourrait être la seule à faire «guillotiner» les têtes du système et vider la coupe du passé. Il semblerait qu’elle ne soit pas trop engagée dans un «Frexit» européen, mais il y a tout de même un danger: sa manière léonine de servir les intérêts premiers de la France pourraient démontrer un hyperégoïsme et une fierté très français, dans ses relations internationales. Et un développement d’hyperprotectionnisme- Ce qui serait alors contre-productif dans la logique du changement majeur. Et la gestion complexe des dossiers lors de son mandat en serait d’autant compliquée.
Alors quoi ?
Et si le Ciel finalement lançait le foudre de Jupiter, touchant de son éclair et de Sa Grâce un candidat surprise, idéalement conscient pour installer cette démocratie participative à laquelle on aspire tous ?

Pendant ce temps, la Suisse dort sur ses lauriers de démocratie semi-directe, où le fédéralisme a atteint ses limites de non-retour, ancré dans le granit des efforts concensuels du quotidien… Ouf, c’est lourd tout cela.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Cuisine française gastro...intestinale
Février 2017 

Trop de crème, trop de beurre, trop d’œufs, trop de calories, donc trop de feu mal distribué.
Alourdissant et assourdissant.
Trop d’affaires, trop d’intérêts, trop de paroles, trop de mensonges, trop de retranchements derrière trop d’état.
Trop indigeste !
Trop de sauces partisanes, trop de poissons gluants, trop d’apothicaires aux comptes aberrants. Trop de suspicions et de manipulations.
Trop de discours dorés, trop d’insoutenable légèreté d’être, trop de belles promesses.
Cocorico ! Le coq trop gros est tombé du faîte de l’église…..
Un monde déconnecté des valeurs essentielles du bien commun, puisque ce sont les valeurs grandioses d’egos surdimensionnés qui font cette cuisine indigeste, oubliant de porter le tablier, blanc si possible, qui devrait les maintenir attachés à l’intérêt supérieur d’une politique qui se voudrait digne, spirituelle, exemplaire, saine, juste.
Trop d’egos en formation dangereuse de groupe détruit l’essence même de l’engagement vrai de ceux qui manifestent une volonté de bien acquise en conscience.
Qu’est donc devenu l’appel à la fraternité que les citoyens conscients tentent par tous leurs moyens de manifester dans leur quotidien ?
A quel président faut-il rêver, sans avoir à calculer des stratégies nauséeuses qui ne sont que débits et crédits de voix auxquels on ne devrait pas faire confiance ?
Et quels medias donnent-ils la voix à ceux qui auraient véritablement la capacité à préparer des recettes allégées, solidaires, citoyennes, innovantes, dans la mouvance de la nouvelle société ?
En attendant, continuez à alimenter les caisses des industries pharmaceutiques en prenant les pilules anti-vomissement.
Triste tableau.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Les décisions «made by Trump»
Février 2017 

Ne nous y trompons pas: le décret présidentiel refusant des immigrés de 7 pays musulmans à entrer sur sol américain est une provocation de plus. Et il y en aura pendant quatre ans ! Prenons acte. Et tentons de comprendre au-delà des apparences. Un exercice que bien peu savent effectuer, tant la plupart sont accrochés à leurs certitudes, habitudes et analyses formatées.
Le Président Trump nous oblige à prendre d’autres lunettes et il va falloir s’en accomoder. Tant s’en faut. Le plus problématique de tout pourtant, concerne les règles politiques internationales. Les commentaires de tous les gouvernements planétaires se retranchent derrière les lois de bonne gouvernance pour réagir. Parce qu’ils sont pris de court.

Quant aux médias, ils sont au-dessous de tout. A croire que l’intelligence du discernement n’existe plus dans la profession – elle a été détruite par le scoop, l’immédiateté de l’info colorée d’émotionnel et l’impatience de l’auditoire à en faire des gorges chaudes, sans parler des parts de marché pour faire de l’audience…(Permettez-moi de relancer le boomerang à mes «rédenchefs» qui me jetèrent la pierre autrefois).

Prenons donc un peu de hauteur pour tenter d’évaluer cette situation. Avec de telles décisions, contraires au bon sens commun, le Président américain prend sur ses épaules la colère réactive de l’opinion publique. Il le sait. Pourquoi donc le fait-il ainsi ? Par stupidité ? Par incompétence ? Par ultra protectionnisme ? Par racisme ? Non.
Il agit de manière à créer une situation de chaos et de vide, à l’intérieur de laquelle des étincelles négatives de résistance et de révolte se manifestent. Mais également des étincelles positives de conscience.
Ces dernières, en prenant feu, modifient les données initiales de la décision. En conséquence, les étincelles positives de conscience se comportent dans certains esprits comme des catalyseurs de transformation, d’une situation aberrante aux yeux de tous, en plateforme de bienveillance et de volonté de faire autrement et plus juste, en fonction de la collectivité. Tout cela, en parallèle aux vociférations enragées des groupes émotionnellement manipulés par d’autres.
Alors observez bien: ce sont des citoyens conscients qui entament ces transformations catalysatrices ! Ce ne sont pas les élus, ni les gouvernements.
Prenons par exemple la chaîne américaine des bistrots Starbucks’ Coffee. Ils viennent de déclarer vouloir embaucher plus de 10’000 réfugiés à travers le monde, pour contrer la décision présidentielle. C’est formidable. Ou les veillées de milliers de personnes de toutes confessions, qui accueillent chaleureusement les musulmans comme leurs frères et sœurs, tout en déclarant publiquement leur fraternité unique.
Oui, c’est de cela que l’on parle en finalité, lorsque des décisions à l’emporte-pièce sont prises.

Monsieur Trump n’étant pas un politicien, mais un citoyen, finalement élu à la présidence, ne pouvait-il pas être la personne idéale pour représenter l’ensemble des citoyens ? Plutôt que ces politiciens professionnels, qui n’ont appris, semble-t-il, dans leurs «très hautes écoles», qu’à faire de la comptabilité d’apothicaire et statistiques, pour savoir qui emportera la prochaine élection, avec quelle couleur politique et pour quel intérêt personnel ?
Alors posons-nous les bonnes questions, au bon endroit, pour la vraie bonne cause: la vraie démocratie, celle des humains qui se regardent droit dans les yeux. Et qui acceptent d’œuvrer ensemble avec leurs différences, pour tous.
Plus vite on sera dans cette mouvance, plus faciles seront les relations entre tous et plus juste l’art de gouverner.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Le 45me Président des Etats-Unis
Janvier 2017 

Après une difficile campagne et une investiture sous la bruine pluvieuse et grise, M. Donald Trump s’est adressé au peuple américain en des termes importants.
Mais la mémoire médiatique des échanges houleux face à madame Clinton est restée fixée dans les cerveaux, uniquement comme discours désagréables d’une compétition sans précédent. Dommage, vraiment dommage, que les esprits n’arrivent pas à saisir la roue de l’évolution qui avance. Les résultat ne se sont pas faits attendre. Des manifestations de résistance rebelle à travers tout le pays, des mouvements de séparativité politique – la Californie, avec son pouvoir économique fort, planche sur une distanciation indépendantiste du pays, tout comme l’Ecosse ou la Catalogne en Europe – et des rassemblements féminins à travers le monde, tous se sont développés comme une traînée de poudre.
Oui, le monde de la démocratie doit changer.
Oui, un panier rempli de modèles dépassés doit se vider de ses déchets pour faire de la place.
Oui, une fois que le panier est vidé, de fraîches, nouvelles et lumineuses matrices peuvent être construites et utilisées à bon escient.

M. Donald Trump vient du monde des affaires. Il est donc pragmatique. Le nombre 45 n’est pas fortuit. Nombre neuf: le dernier. Et 2017, n’est pas un hasard. Nombre un. Le nouveau Président va donc s’employer à illuminer une «fin de bail» de fonctionnement politique. (Pour un promoteur immobilier, vous avouerez que c’est une synchronicité pas trop  surprenante…) Et ce, pour lâcher les vieilles habitudes. Et après seulement, reconstruire une nouvelles forme de démocratie. Avec les citoyens comme premiers acteurs et non les gouvernements.
Nous avons besoin d’un changement radical sur toute la planète, si nous voulons vivre comme de véritables amis et ratifier dans toutes les constitutions de tous les pays le mot «Fraternité», gravé dans la pierre au fronton de toutes les mairies de France depuis plus de deux siècles.
Ne pensez-vous pas qu’il soit temps ? On a assez attendu, non ?

Alors s’il vous plaît, regardez le Président Trump, avec son discours aiguisé, comme la scie qui a besoin de tant d’énergie pour couper les branches d’un arbre quasiment mort. Nous, les gens sommes les feuilles lourdes et les vieilles branches de cet arbre. Mais pas du tronc ! Cette colonne sacrée, aux racines sacrées ancrées dans le sol et les cieux de la véritable démocratie.

Alors s’il vous plaît, décidez-vous à changer de comportement et d’approche à tous les niveaux, alors que vous êtes en train de critiquer le nouveau Président des Etat-Unis. Il a été placé dans cette position par volonté divine. Tout comme le précédent Président Obama, qui a consciemment balayé et nettoyé le terrain de son pays, en donnant autant d’outils que possible aux citoyens américains endormis – ainsi que les nombreux signaux répétés au monde entier – après la crise tragique de 2008. Cela, le nouveau Président devra le garder en mémoire pendant son mandat en rendant justice à son prédécesseur – et précurseur.
Tâchez d’y réfléchir constructivement, avec davantage de lucidité, ce qui pourrait aider au mouvement de l’émergence de la nouvelle civilisation.

Et lisez attentivement ces quelques phrases du discours inaugural du 45me Président américain: (trad. Yamanda RA)

«Aujourd’hui, nous ne transférons pas simplement le pouvoir d’une administration à une autre, ou d’un parti à l’autre – mais nous transférons le pouvoir de Washington D.C. {la capitale} en  vous le restituant, Peuple américain. (…)
» L’establishment s’est auto-protégé, en oubliant les citoyens de notre pays. (…)
» Tout va changer – et cela commence justement ici et maintenant, parce que cet instant est le vôtre: il vous appartient. (…)
»Ce qui importe vraiment n’est pas quel parti contrôle notre gouvernement, mais plutôt que notre gouvernement soit contrôlé par le peuple. (…)
» Vous êtes venus (…) afin de devenir la partie d’un mouvement historique, comme le monde n’en a jamais vu auparavant. Au centre de ce mouvement réside une conviction cruciale: qu’une nation existe pour servir ses citoyens. (…)
» A partir de ce jour, une nouvelle vision va gouverner notre pays. (…)
» Lorsque vous ouvrez votre cœur au patriotisme, il n’y a pas de place pour les préjugés. La Bible nous dit: “Qu’il est bon, agréable et doux aux enfants de Dieu de vivre ensemble dans l’unité.”(…) »

Alors méditons sur nos propres engagements pour une nouvelle Fraternité nommée Humanité Une.

Et n’oubliez jamais que les médias révèlent ce qui leur est dit de révéler, qui n’est que la partie qui brille d’inconscience de la vérité, se trouvant à la surface de la réalité.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

L'effet Trump
Octobre 2016
Par Jolanda van Houten

J’ai été choquée en apprenant l’élection de M. Trump comme prochain président des Etats-Unis. Des quantités de gens autour de moi et dans le reste du monde ne comprennent pas pourquoi ce choix, encore moins comme leader mondial.
Si l’on considère ce qui s’est passé comme un miroir, il nous montre la population en train de clamer dans les rues américaines qu’ils ne veulent pas de ce président. Et ils ont peur que les accords sur le climat échouent. Peur que le racisme empire. Et peur de vivre des moment bien difficiles à nouveau.
Si je pense aux élections qui arrivent aux Pay-Bas en 2017, j’observe que les partis politiques d’extrême droite se renforcent. C’est la même chose dans d’autres régions d’Europe: l’extrémisme de droite s’installe, d’autant plus avec le message envoyé par les élections américaines. Est-ce vraiment cela que nous voulons tous ? un extrémisme de droite qui dirige le monde à nouveau ?

Je suis fière d’être une citoyenne née aux Pay-Bas, où nous vivons tous ensemble en harmonie avec tant de cultures différentes. C’est sûr, nous avons aussi nos difficultés et nos mécontents. Mais en essayant de respecter l’autre, nous somme sur la voie d’un monde plus tolérant. Pourtant, je note aussi que mon pays est en train de se polariser, par des discours de haine qui s’étalent au travers de certains partis politiques. Leurs dirigeants ne font que récupérer et endoctriner les insatisfaits.
Et qu’en est-il du journalisme ? Ils jouent un rôle néfaste de polarisation en présentant les côtés négatifs de la société. Au lieu de publier les faits positifs.
La polarisation est-elle la réponse à notre mécontentement ? N’est-ce pas exactement ce qui s’est passé lors de la Deuxième Guerre mondiale ?
Souvenez-vous: tant de gens ont lutté pour la liberté durant cette guerre et ont renoncé à leur propre vie pour un monde meilleur. Est-ce que tout cela était pour rien ?

Réveillez-vous mes amis, et ouvrez les yeux avant qu’il ne soit trop tard !

Jolanda van Houten

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

First Lady for President
(La Première Dame, Présidente!)
Octobre 2016

Courageuse ! Limpide ! Propre ! Créative ! Convaincante ! Engagée !
C’est ainsi que Michelle Obama se présente et parle par son cœur ouvert à son pays: avec l’extraordinaire énergie qui porte son implication comme Première Dame et femme si puissante.
C’est elle qui devrait être la candidate pour les prochaines élections présidentielles. C’est elle qui devrait devenir la mère du peuple américain, dont l’existence a tant besoin de changement.

De par son travail aux côté de son mari, elle a grandement et réellement contribué à une liste impressionnante de réalisations, tant dans le domaine de l’éducation, que pour l’environnement, la santé, les droits des femmes et ceux des enfants. Elle a réussi à leur apporter la consistance nécessaire pour l’amélioration de la société depuis huit années.
Et bien plus. Peu en effet savent qu’elle a été «Life coach», une consultante amicale et bienveillante pour Madame Clinton lors de son mandat comme Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères pendant quatre ans. C’est quotidiennement qu’elle apportait ses conseils et comment optimiser les relations et la communication pour les partenaire politiques. Et aujourd’hui elle soutient activement la candidature de Hillary comme une amie et leader sur qui l’on peut compter.

Michelle Obama est guidée par la force des valeurs humaines les plus élevées qui soient, qui permettent de vivre «ensemble on est plus fort». Qui sait justement si ce n’est elle qui a trouvé la devise de campagne présidentielle que l’on peut voir sur toutes les pancartes, dans les rassemblements et réunions.
Malheureusement pour les candidats actuels qui présentent tant de défauts politiques, elle (Michelle) a été à l’école de la loyauté, de la confiance asbolue et de l’engagement réel auprès de l’actuelle Administration, avec tant de créativité que bien trop peu le savent !
Elle devrait être la candidate parfaite pour installer la vraie fraternité au sein de ce grand pays. Mais il semble que, de même que pour le bilan du Président Barack Obama (voir l’article précédent «Jouons la carte Trump»), la morale de Michelle et ses valeurs d’ouverture politique et citoyenne sont trop en avance sur leur temps pour être efficaces et modifier la réelle démocratie.

Mais rappelons-nous et gardons dans notre cœur l’immensité de l’énergie qu’elle apporte à son pays et donc dans le monde, comme un exemple à suivre absolument par chacun. 

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Jouons la carte Trump* 
Octobre 2016

C’est le dernier appel au pouvoir citoyen avant l’élection présidentielle aux Etats-Unis du 8 novembre prochain. Jusqu’à présent, Donald Trump s’applique à mettre le doigt sur les erreurs passées de Madame Clinton, ne laissant aucun espace à une femme de gagner une place aussi importante. Connaissant bien la maîtrise politique des émotions régissant ces attaques à chaque débat, elle évite toute critique en éludant les sujets qui fâchent et tente par tous les moyens d’amener de la substance à son programme de future présidente. Un comportement de très masculin pouvoir politique. Ce qui veut dire que le Féminin en cela tombe à plat au fond du panier du vieux système.

Invariablement, Trump lance de nouveaux faits et Hillary en est réduite à continuellement être aux abois**. Pardon, mais en anglais le jeu de mot est tellement vrai. Jamais auparavant n’avions-nous assisté à telle «commedia dell’arte», à la préparation du vote essentiel pour une période de quatre ans de règne sur un si grand pays.
Oui, Trump peut être considéré comme diabolique à certains. Mais il en est de même de Hillary, qui a joué des rôles si importants depuis que son mari a dirigé le pays.

Bien, mais pourquoi est-ce que l’évidence de la mauvaise foi de Trump dans sa communication choque-t-elle autant dans le monde ? Je ne le suis pas. Mais pas du tout, si l’on considère la culture fondamentale américaine (dominance raciale, auto-justice par les armes d’un far-west dépassé, par exemple). Je ne suis pas choquée si l’on considère qu’aujourd’hui est venu le temps de la «trompette du jugement dernier»***… en politique.
Pardon encore de choquer ces mentalités religieuses et puritaines, qui retiennent ardemment l’évolution de la nouvelle société. Bien sûr, rien à voir avec avec des comportement spirituels réels. Mais tout à voir avec le dépassement du système archaïque.
Oui, Trump provoque à chaque discours. Oui, Trump est politiquement et socialement incorrect. Parce que, oui, les Américains doivent enfin se réveiller de leur torpeur et s’engager pour leur collectivité autrement. Et à nouveau soyons précis, rien à voir avec l’humanitaire, pourtant si coloré par des montants astronomiques, bénéfices et autres profits en bourse…

Et oui, après huit ans, les citoyens américains n’ont toujours pas noté (et notifié) que l’Administration de Barack Obama a offert quantité de possibilités de participer à des programmes locaux, pour pouvoir mettre en valeur le pouvoir politique de base de chaque citoyen et rassembler les gens autour de relations plus justes.
Au lieu de cela, les gens se sont focalisés sur sa couleur de peau, ont critiqué son programme d’assurance santé, à cause d'un Congrès bien polarisé, ils ont jugé ses décisions militaires depuis la distance de leur lucarne TV, ainsi que toutes les nouvelles façons de gérer la société pour le bien du «tous ensemble», considéré comme rétrograde et impossible à réaliser. Alors oui, dommage ! Il se peut que Barack Obama, en étant bien en avance sur son temps au sein de la société américaine, l’était trop tôt pour avoir le succès escompté. Ce qui est certain est que la société américaine n’a pas ratifié l’énorme quantité de changements apportés par leur actuel Président.

Et maintenant, le boomerang Trump est en train d’envoyer son énergie d'une intensité dix fois plus forte dans les esprits, avec un impact planétaire. C’est l’appel à un changement radical du système politique partout dans le monde. Il suffit de voir ce qui se passe dans plusieurs pays, où se discute la nécessité de modifier les règles pour une démocratie différente (même si ce n’est pas du tout abouti, car si nouveau): en Islande, le «groupe pirate», en Espagne «Ciudadanos» (les citoyens), en Italie «Cinque Stelle», et plus récemment le Brexit qui cache un nouveau courant politique d’émergence surprenante.

Osons le changement, et amenons la carte d’atout dans le jeu**** afin que cela devienne une nouvelle réalité pour une nouvelle fraternité humaine.

 sylvie touranne

* Jeu de mot en anglais: la carte d’atout.

** En anglais: to be put to her trumps.

*** En anglais: «trump of doom».

**** En anglais: the trump card.

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Un monde possible
Octobre 2016

par Jolanda van Houten

Sommes-nous capables de vivre ensemble dans la paix et l’harmonie ? Oui,…nous pouvons !

Chers amis, pourquoi est-ce si difficile ? Autour de moi je vois tant de gens qui n’arrivent pas à de normales relations entre eux, à cause de la religion, de la couleur de leur peau par exemple. Il semblent voir les autres comme tellement différents. Est-ce que cela veut dire que nous nous voyons comme meilleurs qu’eux ?
Aux nouvelles, je constate que ces problèmes existent partout tout autour de la planète.
L’humanité continue de créer des conflits au sujet de la religion, de la politique, des réfugiés, de l’argent… ce qui agrandit le fossé entre tous. Cela nous sépare de nos semblables. N’est-il pas temps de trouver les solutions en commençant par observer nos propres comportements envers les autres?

Je me souviens il y a pas mal de temps, alors que je commençais ma carrière, je ne pouvais pas comprendre mes collègues qui se démenaient pour être sympa envers le directeur, et en même temps ignoraient la nettoyeuse des locaux. Ne les suivant pas, je leur apportai mon point de vue, au fait que tout le monde est identique. Peu importe qui nous sommes. Peu importe où nous vivons. Peu importe la couleur de notre peau.
Au lieu de voir le monde comme une unité, l’humanité a créé un monde de juste et de faux, n’amenant que peur, guerre, pouvoir, individualisme et polarisation. Et cette façon de faire et de vivre ne peut pas amener paix et harmonie.

C’est vraiment le moment de changer!

Jolanda van Houten

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Message de la société des abeilles
Octobre 2016

par Jolanda van Houten

Nous savons que partout dans le monde les abeilles meurent… mais pourquoi ?

Les abeilles nous disent que cela ne va pas sur notre planète «la Terre Mère». En fait, elles sont notre miroir et nous montrent que nous vivons la même chose qu’elles. Pour comprendre, il nous faut scruter de quel mal elles souffrent:
Nous avons créé la monoculture qui convient tant à nos agriculteurs. Mais cela ôte la biodiversité des fleurs au fil des saisons pour que les abeilles puissent trouver le nectar et le pollen. Et elles meurent de faim. N’est-ce pas identique dans tant de parties du monde, où les populations n’acccèdent pas à la variété de nourriture et meurent de faim aussi ?
Nous avons développé des produits toxiques à pulvériser sur les plantes, les fruits, les arbres, les légumes…. Et développé des semences déjà imprégnées de cette substance toxique nommé néonicotinoïde. Alors imaginez les abeilles absorber le nectar des fleurs, pour ensuite s’empoisonner avec cette toxine ! Puis c’est à notre tour de manger les fruits et légumes intoxiqués….

Les abeilles souffrent de diverses maladies dues à un effondrement du système immunitaire. Nosu savons bien que le miel est bon pour la santé,…. mais pour la santé des abeilles aussi ! Imaginez l’apiculteur qui s’arroge la totalité du miel de ses ruches, et au final doit nourrir ses colonies avec du sucre. Ainsi, l’alimentation des abeilles est-elle manipulée et elles tombent malades. Ce qui va de pair avec notre alimentation, identiquement manipulée… par l’industrie.

Mais également, les abeilles souffrent des technologies en réseaux que ous avons créées pour communiquer, comme internet, les téléphones portables, etc…. A propos, avez-vous déjà entendu le son extraordinaire d’un colonie d’abeilles , qui exprime l’universalité du «OM»? Ce merveilleux son est pollué par un bruit chaotique, surtout aux abords des tours et antennes de télétransmissions. Et elles veulent quitter l’endroit  aussi rapidement que possible, car elles ne sont plus à même de vivre dans pareille atmosphère. N’est-ce pas la même chose pour nous ? La proximité des antennes nous empêchent de vivre normalement.

La mort des abeilles démontre bien que cela ne va pas sur notre planète. Elles nous incitent à changer avant que cela ne soit trop tard.
Alors, s’il vous plaît, prenez vos responsabilités et n’attendez pas que vos gouvernements prennent les choses en main.
Merci !

Jolanda van Houten

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Le vrai message du Brexit  
24 juin 2016

Oh Good Lord ! L’Europe a changé de visage. Ce n’est pas un hasard si les feux de la Saint-Jean (Baptiste) du solstice d’été ont détruit et consumé des énergies délétères. Ceux qui savent comprendront l’évidence du moment et du lieu.
En se retirant, la Grande Bretagne annonce aux pays membres de l’Union Européenne et au monde entier, que son indépendance politique momentanée est en fait un rassemblement de forces nouvelles pour une meilleure interdépendance démocratique.

La population britannique ne le sait pas encore: malgré un résultat des votes très proche de la moitié (l’âme nationale est de caractère dual Gémeaux en astrologie synthétique), elle a sacrifié à l’intérêt supérieur général de la planète «Politique», pour éviter une débâcle globale et planétaire, entamée depuis des décennies, dont la roue tourne à vide ou aux trop-pleins des arrogances de pouvoirs.

Merci ! Merci à la population britannique de s’être engagée autant. Même si les débordements émotionnels de certains ont dépassé la maîtrise habituelle des relations de gentlemen. Dont l’épisode dramatique s’est terminé par la mort de la députée parlementaire Jo Cox. A nouveau un non-hasard. On retiendra son nom pour la postérité, comme celui d’un sacrifice pour la démocratie tolérante et consciente, multiraciale et ouverte à toutes les tendances religieuses que représente cette nation britannique hautement civilisée, mais que l’on rabaisse toujours à la quantité de litres de bière, de décibels, de manipulations financières et autres incivilités footballistiques, par des medias avides d’audimats et de bénéfices nets immédiats. Ce message-là ne passe plus tant il est négatif.

Le Brexit est un autre message qui ne passe plus non plus, et il s’adresse à cette Europe pseudo-unie, dont les pouvoirs technocratique et bureaucratique en haut-lieu a entraîné depuis plus de quinze ans (voir sur ce Blog, en seconde partie-Archives, l’article «L’Europe tremble», décembre 2011) le mépris de l’entité citoyenne de ces femmes et hommes engagés, qui veulent participer à tout prix à cette amitié démocratique qui nous relie par la paix au cœur et par la créativité de tous les instants. C’est-à-dire l’émergence de la véritable application politique à la marche des affaires collectives.

Mais non, au fil des années et des élections, les dirigeants n’ont pas vu le vent tourner vers la nouvelle civilisation qui s’installe. Et ne parlons pas des extrémistes à la langue de fiel, récupérateurs du passé.
Tous se retrouvent à Berlaymont remplis de certitudes économico-commercialo-financières ultra-réglementées et statistiquement imparables, pour faire avancer l’image d’un continent réconcilié après des siècles d’histoires belliqueuses. A la fin du XXe siècle, c’était la manière de ceux dont l’ADN est encore tellement fortement imprégné des cendres de deux guerres mondiales, de pouvoir placer le mot-clé «ensemble» aux avant-postes de la construction d’une possible union européenne. Les souvenirs de ce passé sont tellement brûlants chez certains, qu’ils ne peuvent s’autoriser à changer de mentalité. Humainement et psychologiquement,  c’est normal.

Ce qui est moins normal est le fait de continuer à imposer cette mentalité et leur pouvoir individuel. Trois générations après la fin des hostilités mondiales. A des masse de citoyens libres en esprit (environ 700 millions) et férus d’innovations sociales, que l’on n’écoute pas dans les commissions, et qui sont laissés au bord des routes de l’évolution participative. Voyez cette image et comparez-là, au dur chemin des migrants et réfugiés, qui affluent aux portes de l’Europe complètement dépassée par ses vieux schémas.
C’est entre autres, cela que la Grande-Bretagne a refusé de continuer à cautionner.

Rappelons que le Commonwealth succédant à l’Empire britannique est une fédération de nations libres et autonomes, dont le modèle a été présent depuis le début pour l’idée d’une Europe unie. Déjà en 1943 au cœur de la seconde Guerre mondiale, l’Italien Altiero Spinelli proposait un Mouvement fédéraliste européen, à partir du modèle anglais. Puis en 1946,  Winston Churchill alors Premier Ministre britannique, proposait le modèle helvétique de confédération d’états autonomes avec pouvoir décentralisé (les cantons), apportant bien-être et stabilité pacifique.
Mais l’Europe était tellemente détruite au propre et au figuré, que les arguments économiques des dirigeants d’alors constituèrent la priorité et le salut de sa reconstruction solidaire. Ce modèle a été entériné par l’avènement de la monnaie euro fin 2001, de façon à installer des échanges commerciaux durables.
Sauf que maintenant, l’Union européenne des 28 état-membres, réduits à 27 par le tsunami du Brexit – pourquoi faut-il toujours le besoin d’un tsunami d’une nature ou d’une autre pour changer le niveau de conscience? – cette union donc, pour être validée en tant que véritable entité politique, nécessite l’absolue transformation des mentalités, en intégrant – et le mot n’est pas choisi à la légère –  la participation identitaire de tous les citoyens au projet de la véritable unité européenne vécue par chacun, et non pas seulement celle des élus.

Une fédération des nations européennes pourrait alors voir le jour, selon la vision du Commonwealth ou de la Confédération helvétique, où les régions respectées pour leurs particularités pourraient allègrement innover, vivre, échanger, sous de meilleurs auspices.
Cela s’appelle évoluer ensemble, solidairement pour une unité de bien, de beau, de vrai au sein d’un monde plus spirituel.
Et au lieu de les critiquer, aidons les Britanniques à passer le cap des temps difficiles, en soutenant leur économie nationale. Nous leur devons bien cette solidarité-là.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Lettre ouverte aux politiciens de l'Union européenne
Inauguration du tunnel du Gotthard, dans les Alpes suisses 
1er juin 2016

Mesdames et Messeurs les élus européens,

Le Conseil Fédéral suisse a invité tous les responsables des pays alpins et certains de vos institutions centrales à participer à l’inauguration de cet ouvrage majeur qu’est le tunnel du Gotthard, reliant le Nord et le Sud de toute l’Europe en axe direct. Les présidents et chanceliers de ces nations ont eu la primeur de cette prouesse technique, technologique, financière, politique et citoyenne, dont l’ensemble de la construction a pris plus de 17 ans pour la réaliser en temps et en heure.

A la photo traditionnelle pourtant manquait les responsables de vos institutions centrales européennes pour partager ce moment tous ensemble, au cœur de l’Europe géographique.
Mais personne ne s’était déplacé depuis Bruxelles. C’est resté lettre morte. En invoquant que la Suisse ne faisait pas partie de l’Union européenne.
En coulisse, les langues se déliaient pour déclarer que le vote anti-immigration de masse de 2014 restait toujours en travers de la gorge des élus européens. Et qu’une présence en Suisse semblait de ce fait inopportune.
Belle mentalité ! Alors, oui les Suisses votent sur des sujets qui parfois les dépassent dans leurs aspects internationaux. Mais le vote n’est-il pas d’abord purement celui des intérêts nationaux ? Vous devriez le savoir, et quand il s’agit de critiquer les décisions de vos partenaires directs des «vingt-huit», vous répondez en général présents.
En n’acceptant pas de venir faire la «fête de la mobilité» en Suisse pour l’Europe, vous jugez des citoyens qui se sont engagés pour la collectivité générale du continent avec leurs propres deniers. Et n’allez pas nous ressasser que ce tunnel a été construit pour les Suisses seulement, parce que l’on est soucieux du degré de pollution environementale, s’il vous plaît, cela ne tient pas.

A l’heure où la petite Suisse démontre très clairement qu’elle agit à long terme en faveur de tout le continent européen (dit ce qu’elle fait et fait ce qu’elle dit), en créant «un pont» de mobilités des esprits (même s’il est souterrain avec 2000m de montagne au-dessus!),les politicailles vindicatives de Bruxelles, séparatistes et jalouses se sont manifestées par leur absence. C’est un choix indigne. Qui fait surtout preuve de si peu de conscience politique globale, dont c’est généralement le leitmotiv des sessions parlementaires.

Sachez mesdames et messieurs les élus européens, que la Suisse a assumé financièrement cet ouvrage monumental seule (environ 22 milliards d’euros), sans la moindre subvention de qui que ce soit. Vu de l’extérieur, les âmes grincheuses diront que le pays est assez riche pour se payer cela. Mais il s’agit des impôts du travail des citoyens. Donc s’il vous plaît un peu de respect pour l’engagement collectif, dont nous avons ici le résultat.

Sachez aussi mesdames et messieurs les élus européens, que la Suisse qui vous observe, fonctionne comme le cœur inclusif, plein de vitalité malgré son âge, d’un corps européen malade et reclus de rhumatismes passéistes et vieux, dont les artères sont bouchées. Et dont la conscience d’ouverture ne provient pas du cœur, mais d’une pensée globale non solidaire et séparatiste.

Sachez encore mesdames et messieurs les élus européens, que la Suisse est l’exemple de fonctionnement politique que vous jalousez, parce que le «fédéralisme décentralisé» est (pour l’instant) la seule possibilité de vous en sortir dans vos relations multilatérales entre nations partenaires internes.

Donc, avant tout, mesdames et messieurs les élus européens, prenez la mesure de vos incapacités, parce qu’au centre de vos fonctionnements, manque le cœur et sa vitalité d’ouverture possible. Et que le cœur indépendant de cette Union Européenne, dont les citoyens réclament des échanges authentiques, se situe en Suisse. Où, j’insiste pour dire qu’en son centre géographique, la langue parlée est l’italien (!)

Il vous incombe donc à vous tous mesdames et messieurs les élus européens, de venir puiser cette énergie du cœur dans ce petit pays alpin novateur et créateur. Dont les lenteurs  –imparfaites à vos yeux – sont dans les faits bienvenues, car imprégnées de sagesse intelligente. La Suisse peut vous apporter des solutions à vos problèmes. Il suffit d’entamer le dialogue, non bilatéral mais égalitaire, pour mobiliser des échanges constructifs avec les citoyens et non pour eux.

Welcome à tous !

Une citoyenne suisse et européenne
sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

La mode du gluten 
Mai 2016

Tout le monde parle du gluten: cette protéine que l’on retrouve dans la plupart des céréales mais surtout le blé. Quand Novak Djokovic le grand champion de tennis affirme se passer de gluten dans son alimentation, tout le monde veut suivre son exemple. Y compris les industries agro-alimentaires pour «arrondir leurs fins de mois déjà bien grasses», donc les supermarchés, et les restaurants. Cependant, les médecins ne détectent que 1% de la population avec de réels symptômes handicapants qui forment la maladie auto-immune appelée cœliaque (localisée dans le côlon de l’intestin). Où est le problème ?

Deux sources traçables sont évidentes: vous tous et l’agriculture.
La biodiversité des céréales dans le monde s’est considérablement appauvrie. Seules trois dizaines de variétés sont utilisées, alors qu’au passé on en comptait plus de sept mille ! Des variétés utilisées aujourd’hui, toutes sont cultivées intensivement, avec force pesticides et OGM (organismes génétiquement modifiés).

La grande illusion européenne est d’interdire les OGM ou de proposer des moratoires scientifiques (en Suisse), pour éviter de «froisser l’ego (financier)» des semenciers et chimistes majeurs mondiaux. Et les industries agro-alimentaires de rire sous cape, puisque les produits se retrouvent de toute façon sur nos étalages de supermarchés, même bio ! Pourquoi ?

Les importations de grain sont obligatoires sur le marché mondial, où la loi de l’offre surpasse de loin la loi de la demande, pour réduire les prix à la consommation et inciter à acheter en surplus non nécessaire. A quand un marché international basé sur la loi du besoin économique ? C’est pour bientôt, car une nouvelle crise – très très grave – du paradigme financier se profile.

La culture bio est hyperimportante, mais elle nécessite de petits terrains avec rotation des cultures, jachères et productions locales. Ce qui ne suffit jamais à nourrir le monde. Les échanges internationaux sont donc une nécessité.
La pratique agricole elle, souffre de deux symptômes: l’appauvrissement (encore) de la qualité des humus et terres végétales de surface, qui dénature l’arabilité des sols, et l’élevage intensif (avec une hectare dévolu aux céréales on nourrit sept fois plus de population, qu’avec un hectare dévolu à l’élevage, gourmand en eau et en subventions étatiques… sans parler du mode de traitement des animaux. Au fait, avez-vous déjà observé un agriculteur à l’interview ? Il câline ses bêtes la larme à l’œil, et s’en va à la date prévue à l’abattoir avec ses bêtes chéries, pour financer son exploitation…. Paradoxal non, dans l’intention globale?).

Le deuxième symptôme de cette agriculture dépassée est une mentalité conservatrice des agriculteurs qui croient qu’une gestion informatisée, mécanisée de leurs grandes exploitations, en explosion de production intensive pour satisfaire leurs partenaires distributeurs, est la panacée absolue pour pérenniser leur métier. Que nenni. C’est la fuite en avant d’une destruction programmée depuis des décennies, dont l’exemple américain de l’actuelle sécheresse absolue des Grandes Plaines devrait nous ouvrir les yeux. Et ne me racontez pas «des salades» en invoquant le changement climatique, s’il vous plaît.

Pour en revenir au gluten et à sa seconde source traçable problématique, vous lecteur, êtes aux avant-postes. La soi-disant allergie au gluten (hors maladie cœliaque handicapante) découle de nos comportements. Non seulement alimentaire, mais mode de vie en général. Le côlon devient irritable, parce que l’irritabilité est généralisée dans le mode de penser. Alimenté ce dernier par «le tout acido-stimulant et addictif» (café, thé, drogues, alcool, cigarette, plats précuisinés, etc.) Eh oui! C’est aussi simple que cela.

Ne dit-on pas que les intestins sont le seconde cerveau du corps ? L’irritabilité intestinale avec son cortège de malfonctionnements et douleurs gastriques est due à une réaction inflammatoire des tissus. Transposez irritation et inflammation au niveau de la pensée, et vous obtenez le cocktail de feu des colères refoulées ou non, accompagnées de tous les stress et autres hyperactivités «qui vous gonflent», devenues habitudes de fonctionnement au sein de la société. Et finalement l’on arrive à l’«alimentation hyperactive», le tout prêt boulimique, le facile à faire, le cuisiné à l’emporte-pièce, le sucré, le goinfrant, le rapide au bureau ou en courant attraper le bus (qui passe sous votre nez)….

Puis, vous me dites enfant allergique au gluten ? Je vous dis, levez le pied et cessez d’imposer votre rythme aberrant à votre enfant, en respectant le sien. Il fait une crise quand vous lui refusez un hamburger bien dégoulinant ? Vitalisez (si vous pouvez) vos cellules grises de bon sens, et donnez-lui la possibilité de comprendre par lui-même ce qui est juste pour son alimentation (pour autant que vous soyez l’exemple à suivre). Il vous réclamera alors un jus de fruit (qui peut aussi contenir du gluten, sans allergie aucune).

Alors la mode du gluten passera comme elle est venue, vous ferez vos comptes en mettant au débit les sommes faramineuses dépensées en gaspillages de santé globale, en médicaments, régimes et autres consultations nutritionnelles, parce que le foie dysfonctionnant aura tant altéré votre organisme de pollutions émotionnello-mentales, au lieu de prendre le chemin de la foi qui rayonne et régénère les corps, tout en faisant corps avec la joie. Et la conscience.

C’est donné à tous et à chacun. A utiliser et vivre sans modération.
Et cela, c’est l’équilibre de la santé. Globalisée.

sylvie touranne
Life Coach et homéopathe

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Lettre à Madame Evelyne Widmer-Schlumpf 
9 décembre 2015

Madame la Conseillère Fédérale,
Chère Madame,

Elue au Conseil Fédéral en 2008, hors des conventions politiciennes et partisanes d’un système politique dépassé, vous avez œuvré non seulement pour l’intérêt général de la nation, mais pour son intérêt supérieur.

De par votre vision élargie de la transformation nécessaire de fonctionnements à rendre assurément aussi transparents que le cristal de roche de nos montagnes, vous avez reçu quotidiennement des coups de couteau dans le dos de la part de parlementaires, dont les intérêts n’étaient pas à la hauteur des vôtres.
Parce que l’ordre établi était dérangé par vos décisions institutionnelles.
Personne, non personne n’a évalué l’importance de votre œuvre globale, dans un monde où la civilisation, la société et la culture a changé de paradigme. A croire que les élus ne sont encore motivés que par les lobbyismes partisans et surtout les calculs économiques. Des intérêts personnels donc, où la notion de valeur spirituelle de la patrie n’exite pas. Ou pas assez. Du point de vue d’une citoyenne éclairée, c’est navrant, c’est même scandaleux dans certains cas (la plupart).

A vos collègues, au Parlement, vous avez montré une voie nouvelle, sous-jacente à votre travail quotidien. Mais ils n’ont vu que du feu. Peu importe à quel parti vous apparteniez. Et ce n’est certainement pas un hasard que votre sensibilité politique ait reflété le centre du fléau de la balance, équilibré, représentant ce fameux concensus helvétique qui anime les décisions pesées et évaluées jusque dans leurs retranchements.

Quant aux citoyens, il y a ceux qui vous ont toujours soutenue de manière visible, il y a ceux qui vous ont jetée aux orties parce qu’ils ne comprennent pas encore les enjeux.
Et il y a ces citoyens non partisans dont je fais partie, frustrés d’une non-participation à la politique du pays autre que le vote, tendancieusement présenté à la population pour des objets souvent malvenus, bien trop partisans.

Chère Madame, aujourd’hui, après huit ans de service, vous partez. Parce que les extrêmes politiciens vous éjectent. Et c’est un retour en arrière. Dans des animosités ténébreuses, dans les ombres de manipulations, où le passé ressurgit, au fond des pensées dirigées par des intentions où le cœur n’est pas engagé et se ferme sur des positions de pouvoirs où tous les coups sont permis.

Chère Madame, vous avez démontré que le cœur ouvert n’a qu’une ligne de fonctionnement: celle de la conscience éclairée, de la vérité, quels que soient les jugements dont on est affublé par ceux qui ignorent tout de cette qualité.

Pour tout cela, Madame la Conseillère Fédérale, merci. Merci du fond du cœur d’avoir montré de quoi est capable la politique, la vraie.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Catalogne: l'illusion démocratique
Septembre 2015

Dimanche 27 septembre 2015, la Catalogne votera. Volonté de se séparer du pouvoir central espagnol. Puis de s’inscrire comme état indépendant à l’Union européenne.
Quelle illusion !
Le séparativisme est bien ancré dans le passé. L’heure est à l’inclusivité, la fraternité.
L’indépendance réclamée par une frange minime de la population catalane – montée en épingle par les médias – est uniquement économique. Il est vrai que la province est florissante et qu’elle tire en avant l’ensemble du pays en élevant son PIB de manière conséquente. Mais ce n’est pas une raison. La motivation des indépendantistes, purement matérialiste, n’a donc rien de culturel ou citoyen.

Quand on demande aux Catalans quel rapport ils entretiennent depuis toujours avec l’Europe, ils invoquent très justement leur position historico-géographique à travers les siècles, de passage(s) culturel(s) et civilisateur(s), de terre spirituelle dévolue au Christ et Sa quintessence, et d’engagement indéfectible à la cause politique européenne. Guidant ainsi le reste de la péninsule ibérique vers les échanges unitaires intercontinentaux.
Il y a donc dichotomie profonde entre les aspirations collectives d’un peuple et les réclamations économiques, matérialistes d’un petit groupe.

A ce titre, ceux qui se réclament de l’indépendance n’ont pas compris, mais pas du tout, que leur tâche essentielle actuelle est de justement prendre l’argument unitaire à bras le corps, pour inciter le reste de la population espagnole à ce projet citoyen que représente l’Europe. Et à vraiment s’engager comme citoyens solidaires, au-delà des frontières cristallisées mentalement. Car le projet européen manque cruellement de valeur politique essentielle, où les programmes démocratiques devraient se régionaliser et non rester centralisés comme c’est le cas aujourd’hui.
Cette régionalisation du pouvoir politique est une garantie absolue du respect de leurs collectivités. Alors que la centralisation du pouvoir est une machine qui détruit et broie toute activité créatrice et sensée, à l’image de cette globalisation que les gouvernements actuels continuent d’alimenter par la peur de déchoir de leur pouvoir, faute de vision et de sagesse appliquée.
Il est temps peut-être de comprendre pourquoi la nation Suisse reste hors de l'Union européenne: elle fonctionne de manière décentralisée depuis belle lurette.

Terre que j’ai connue dès ma petite enfance, la Catalogne possède l’intelligence et la richesse de l’ouverture du cœur au changement de civilisation pour l’Europe.
Le vote indépendantiste est un coup d’épée dans l’eau. Que seul le dialogue avec le pouvoir central de Madrid peut éventuellement modifier. La province pourrait alors obtenir ce qu'elle réclame de manière sous-jacente et justifiée: le pouvoir régional dont elle a besoin pour une liberté d’action décentralisée, et évoluer dans le bon sens.
Alors, l’étendard des relations humaines enfin pacifiées et justes pourra être brandi haut dans le ciel, de par une intention renouvelée et exemplaire.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Du changement climatique: le chemin de la vérité
Lettre à tous les scientifiques et à tous les décideurs
Mars 2015

Désolée, nous ne pouvons pas lutter contre le changement climatique !
Les rapports scientifiques des dernières décennies ont élaboré un mélange de données après l’avènement des sciences de l’environnement dans les années 1970, devenus fourre-tout de bonne conscience pour certains. Urgence d’action pour d’autres.
A déclarer que «nous devons changer et lutter contre le réchauffement climatique», (les gouvernements en parlent ainsi, les scientifiques aussi, les publicités racoleuses, etc.), on entre à pieds joints dans la désinformation. En réalité et en vérité, on veut parler des pollutions environnementales des couches atmosphériques et des pollutions industrielles créées par l’humain et le commerce, et leurs impacts sur les sociétés, partout. Rien d’autre.
Mais là, ce n’est certainement pas du climat que l’on parle.
Dans ce contexte précis – pollutions créées par l’humain – il est alors juste de lutter contre les inconsciences, l’ignorance, les déviances, l’arrogance technologique et les pseudo-expertises scientifiques manipulées.
Il est juste de dépolluer tout ce que nous avons abîmé.
Il est juste de régénérer la planète après les applications toutes-puissantes de la chimie et ses mensonges récurrents.
Il est juste de le faire pour les générations qui viennent. En conscience.

Pour ce qui est du climat, il change par lui-même... Merci pour lui. C’est très différent.
L’homme peut-il changer la direction du vent ? de la mousson, la direction de l’œil des ouragans? la quantité de neige ou de pluie, la durée d’ensoleillement par jour ? NON. L’élévation de la température, la fonte de la banquise et des glaces polaires ne sont autres que de la physique appliquée à l’équilibre d’une entité vivante nommée planète Terre. Et cela, c’est effectivement de la climatologie.
Ne serait-ce donc pas plus judicieux de considérer la planète comme un être humain qui a attrapé  la fièvre ? On le sait bien, quand la fièvre dépasse les 38°C, le corps est brûlant, il devient rouge et chaud et la température en surface augmente rapidement si rien n’est entrepris. Que va dire le médecin? Rester au calme. Boire beaucoup pour équilibrer la température à l’intérieur du corps. Ne pas manger d’aliments solides pendant quelques jours. Eventuellement ouvrir la fenêtre s’il fait trop chaud dans la chambre.

C’est exactement la même chose pour la planète Terre !
Les volcans que nous pouvons voir en activité ne sont que la partie émergée des racines de ces entités qui ont pris feu au sein de la lithosphère et amènent du magma frais en surface. Les hot spots sur toutes la surface du globe nous le démontrent. Les inondations et toutes les précipitations, ne sont autres qu’une régulation du corps de la terre qui a trop chaud. Les tempêtes de vent amènent les nuages remplis d’eau plus loin que normalement. L’atmosphère en est le régulateur.
Lorsque l’on parle de climat, on aborde les cinq éléments, l’éther, l’air, le feu, l’eau, la terre. Le changement climatique y fait référence à chaque mesure.
Le changement climatique est un déséquilibre apparent des cinq éléments, dû aux vastes changements de paradigmes de conscience pour l’ensemble de notre système solaire. Et non seulement la Terre et son atmosphère. Encore une fois, très différent.
L’élément feu qui incite l’augmentation de la température à la surface du globe, de l’activité volcanique naturelle, doit être complété par le feu des ondes électromagnétiques qui nous baignent et nous arrosent à temps plein, dont les hyperfréquences sont de plus en plus utilisées à bon et mauvais escient. Mais aussi le feu de l’électricité domestique, et le feu de l’énergie mentale humaine, dont l’intensité augmente chaque jours par l’évolution du nombre de la population sur terre, et l’utilisation frénétique de la matière mentale intellectuelle de chaque individu qui pense.
A ces feux-là, il faut une régulation par l’élément eau. Le compte est alors assez vite fait: davantage de précipitations, et un volume liquide supplémentaire dans les océans.
L’élément air étant le support des deux précédents, les mouvements des courants et les vitesses sont à prendre en compte dans cette physique de régulation.
Quant à l’élément terre, il est le récepteur obligé des phénomènes décrits plus haut.

Pour finir, l’élément éther (espace) étant neutre et inerte par définition, la dynamisation des quatre éléments active l’interaction des champs magnétiques de la Terre et du Soleil, dans un mouvement qui a permis récemment des changements de direction et de l’axe de la Terre et une imprégnation supplémentaire des pôles de notre planète, par des particules cosmiques ionisées au travers des vents solaires. Plus loin encore, dans l’espace du Soleil lui-même, nous trouvons des modifications, des altérations de sa propre structure énergétique, dont l’impact se fait ressentir sur la Terre, par davantage de vitesse tourbillonnante dans l’héliosphère, davantage de taches noires dont on ne perçoit pas les mouvements, mais bien réels, dont le résultat final est l’augmentation des aurores boréales et australes à des latitudes plus basses que ce qui avait été jusque là observé.

Par ailleurs, les trous d’ozone – dont on ne parle presque plus — on été «créés» pour laisser passer des quantités énormes de particules ionisées et non (ultra-violet proche et lointain), et modifier la qualité de l’espace atmosphérique en le dépolluant, avec un impact énergétique sans précédent sur la physiologie humaine d’une part (glandes endocrines), et sur sa conscience d’autre part.
La physique de la Terre est en train de changer. C’est de cela qu’il faut prendre conscience.

Le Cycle Majeur de l’Eau et celui du Feu. Au lieu de faire des projections à 20, 50 ou 100 ans, cristallisant les données reprises en choeur par les décideurs et les médias – inutiles, incomplètes et dirigées par la peur et la culpabilité –, il vaudrait mieux étudier les transformations de la globalité des fonctionnements, par des observations interactives. Les eaux et leurs courants de surface et profonds, l’équilibre des poids de l’eau dans les océans  (la salinité se transforme manifestement en certaines zones), accompagnés du changement des températures. Comme les vitesses de tourbillons comme celui du courant des Aiguilles au large des côtes Sud-africaines, dont l’impact altère le climat de tout l’hémisphère nord. Comme les modifications d’ionisation et les couches transformantes de l’atmosphère. Et puis les chambres magmatiques qui atteignent la surface du globe par les hot spots. Et les modifications importantes des plaques tectoniques et leurs mouvements directionnels nouveaux.

Alors, et alors seulement, aura-t-on quelques données d’évidence du changement climatique. Car l’interdépendance avec la conscience humaine considérée comme entité unique est en train de démontrer les transformations gigantesques qui s’opèrent, par la dynamique de l’évolution de la Vie.
Le changement climatique est donc inéluctable ! Il n’est pas une seule loi fabriquée par la domination humaine qui puisse entériner la maîtrise du changement climatique. Car le climat est soumis aux lois universelles, dont nous devons admettre la puissance de transformation. Le changement climatique va de pair avec la régénération de la planète et de ses habitants. C’est un changement de paradigme, générant un nouveau cycle au sein du système solaire tout entier et de la galaxie qui nous accueille. C’est une élévation du taux vibratoire de cet ensemble indissociable et entremêlé de façon énergétique. Et encore mystérieuse pour les scientifiques.

La grande illusion est de de lutter contre nous-mêmes avec des statistiques illusoires. Changeons de mentalité. Et refroidissons nos systèmes de pensée cristallisés et formatés par des théories fumantes et fumeuses. Ce sera peut-être le début de la vraie science par le cœur qui s’ouvre.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Le char de la lie
Janvier 2015

Liberté bafouée.

Egalité inexistante.

Fraternité assassinée.

Démocratie ébranlée.

Un cocktail de forces qui mène forcément à des questionnements et des remises en cause. Des faits gravissimes qui détruisent les valeurs de justes relations entre tous, quelles que soient les aspirations individuelles et les différences. Bienvenue dans le monde des polarisations émotionnelles et intellectuelles, où le cœur est absent.

Cœur absent à l’humour noir de la provocation concertée. Car l’humour grinçant qui fait rire jaune et réagir n’est pas libre. Contrairement à l’humour inspiré qui fait rire à gorge déployée et réfléchir. La différence est-elle subtile ? Cela dépend de l’état de conscience des lecteurs. Et de leur engagement par le cœur ouvert à l’unicité des choses du monde.

Les journalistes, les dessinateurs, les responsables de presse ont à se poser certaines questions : celles qui mènent forcément à des réactions d’extrêmes émotionnels qu’ils manipulent quotidiennement, hebdomadairement au vu et su de tous et qui en vivent, parfois grassement.
La presse en général vient de prendre acte des armes verbales et imagées qu’ils proposent chaque jour dans leurs colonnes : une expression pseudo-libre des fait les plus noirs à la hauteur des attentats perpétrés contre elle-même.
L’aveuglement dirigé par le financement occulte de l’information, alimente la peur au sein des populations qui en redemandent. Le lectorat est donc aussi responsable que les faiseurs de journaux.

Le Verbe, lui, attend en silence que les crayons prennent les multi-couleurs arc-en-ciel des dessins de beauté, d’harmonie des nouvelles existantes de la créativité innovante, de la citoyenneté vraie et de l’éloge de la différence, par une célébration exemplaire du cœur qui exprime son droit à la liberté vraie.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     * 

Il cuore vero dell'Europa
Giugno 2014

(Traduction française en fin d'article)

A proposito dell'articolo di Nicola Pini (Azione no.23 del 2.6.14): «Il rosso e il blu».

Interessante l'articolo, ma l'autore non conosce bene la simbolica universale che sta dietro l'imaggine, velata all'occhio ordinario del popolo in generale.
Facciamo allora l'esercizio di svelare questa simbolica, che offre un'imaggine tutt'altra di questo territorio amato, malgrado la distanza dalla Svizzera romanda.
Ma per primo, voglio elevare la voce con forza et con un certo sentimento di ira, quando sulle facciate – l'ira si eleva di fronte a un municipio – vedo la bandiera ticinese al rovescio di quello che dovrebbe essere: la linea di marca tra i colori è orizzontale, invece di verticale !
Mancanza certa di rispetto dell'unicità d'un paese.

 
Una bandiera è simbolo sacro.
Una bandiera rappresenta un territorio, con la sua storia locale, i potenziali del suo popolo preso come unità d'azione e la sua mentalità.
Una bandiera non è mai la rapprensentazione scelta d'un territorio estraneo (in questo caso Parigi).
Il Ticino non ha che fare di Parigi, anche in 1803.....
Se la scelta del rosso e blu è stata fatta da Napoleone, significa che lui, dopo aver girato l'Europa, osservato i legami tra i popoli, la geografia dei paesi attraversati, avrà fatto lo stesso esercizio per il Ticino. Come capo d'esercito, come conoscente del suo «impero», sapeva leggere le carte geografiche (come me che sono anche geografa).
La bandiera rosso/blu del Ticino significa niente altro che la cartografia di un cuore umano !
Ma di quale cuore parliamo: il cuore geografico dell'Europa !
Di fatti, il punto centrale che lega tutti bacini idrografici dell'Europa s'incrocia sull territorio ticinese. 
Non vi dirò dove, perchè questo punto è stato risacralizzato recentemente, da gente che sa ben oltre quello che si racconta nelle cantine e i grotti (e i municipi) ....
E quello, Napoleone, con l'aiuto di gente sapiente e conoscente del Ticino di allora, aveva deciso di dare al Ticino, il suo valore vero: CUORE D'EUROPA.

SVELIATEVI CITTADINI DEL TICINO ! 
PRENDETE COSCIENZA DI QUESTA REALTÀ, NELL'ERIGERE GIUSTO DELL'EUROPA CITTADINA, A LA QUALE MANCA UN CUORE PER FUNZIONARE.
NON SIETE SOLO UN PUNTO DI PASSAGIO PER IL SANGUE «PETROLIZZATO» E IL VACARME !
RIPRENDETE UN MANUALE DI BIOLOGIA E VEDETE COME FUNZIONA UN CUORE VERAMENTE.
E FATE LE COSE GIUSTE PER LE GENERAZIONI FUTURE !
AL CUORE DELL'EUROPA SI PARLA ITALIANO: ANDATE A BERNA E DATEGLI UNA LEZIONE DI STORIA, DI GEOGRAFIA, DI BIOLOGIA, DI UMANITÀ, E SOPRATUTTO DI UMILTÀ !
LA LINGUA DEL CUORE DELL'EUROPA È L'ITALIANO ! BASTA COSÌ.
CAPIT TÜTT ??

Cordialmente a voi
sylvie touranne

Traduction française:

A propos de l’article de Nicola Pini «Il rosso e il blu»

Intéressant l’article, mais l’auteur ne connaît pas bien la symbolique universelle qui se cache derrière l’image, voilée à l’œil ordinaire du peuple en général. Alors faisons l’exercice de dévoiler cette symbolique, qui offre une image toute autre de ce pays aimé, malgré la distance depuis la Suisse romande.

Mais d’abord, je voudrais élever la voix avec force et avec un certain sentiment de colère, quand sur les façades je vois le drapeau tessinois à l’envers de ce qu'il devrait être : la ligne de marque entre les couleurs est horizontale au lieu de verticale.

Un drapeau est symbole sacré.
Un drapeau représente un territoire, avec son histoire locale, les potentiels de son peuple pris comme une unité d’action et sa mentalité.
Un drapeau n’est jamais la représentation choisie d’un territoire étranger (dans ce cas Paris).
Le Tessin n’a que faire de Paris, même en 1803….
Si le choix du rouge et du bleu a été fait par Napoléon, cela signifie qu’après avoir traversé l’Europe, observé les liens entre les peuples, la géographie des pays, il aura fait l’exercice similaire pour le Tessin. Comme chef d’armée, comme connaisseur de son «empire», il savait lire les cartes géographiques (tout comme moi qui suis aussi géographe).

Le drapeau rouge/bleu du Tessin ne signifie rien d’autre que la cartographie d’un cœur humain !
Mais de quel cœur parlons nous ? le cœur géographique de l’Europe !
En effet, le point central qui relie tous les bassins hydrographiques de l’Europe se croise sur le territoire tessinois.
Je ne vous dirai pas où, parce que ce point à récemment été resacralisé, par des gens qui en savent bien davantage que ce qui se raconte dans les auberges et les grotti (et les municipalités)….
Et cela, Napoléon, avec l’aide de gens sages et connaisseurs du Tessin d’alors, avait décidé de donner au canton sa valeur véritable : CŒUR DE L’EUROPE.

REVEILLEZ-VOUS CITOYENS DU TESSIN !
PRENEZ CONSCIENCE DE CETTE REALITE DANS L’ERECTION JUSTE DE L’EUROPE CITOYENNE, A LAQUELLE IL MANQUE UN CŒUR POUR FONCTIONNER.
VOUS N’ETES PAS SEULEMENT UN POINT DE PASSAGE POUR LE «SANG PETROLISé» ET LE VACARME !
REPRENEZ UN MANUEL DE BIOLOGIE ET VOYEZ COMMENT FONCTIONNE UN CŒUR VERITABLEMENT.
ET FAITES LES CHOSES JUSTES POUR LES GENERATIONS FUTURES !

AU CŒUR DE L’EUROPE ON PARLE ITALIEN : ALLEZ A BERNE ET DONNEZ-LEUR UNE LEÇON D’HISTOIRE, DE GEOGRAPHIE, DE BIOLOGIE, D’HUMANITÉ, ET SURTOUT D’HUMILITÉ !
LA LANGUE DU CŒUR DE L’EUROPE EST L’ITALIEN.
VOUS AVEZ COMPRIS ?

Cordialement à vous
sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *  

Exemple unique au service de la vraie musique
Janvier 2014

Claudio Abbado n’est plus: le maître d’orchestre bien plus que le chef. Il est entré par l’ouverture du cœur dans le grand silence neptunien qu’il chérissait tant. Ce silence qu’il écoutait ardemment au bout de sa baguette, était la clé de la sonorité des orchestres qu’il a dirigé de ses doigts souples et tendus vers le ciel. Que de compositeurs auraient voulu le rencontrer – Debussy en tête – pour le remercier de transcender à chaque fois les œuvres choisies. La beauté et l’harmonie des gestes – ni trop, ni trop peu – sublimait régulièrement l’ensemble des formations qu’il conduisait, vers une lumière perceptible de la musique jouée. D’abord avec la Scala de Milan, puis avec le prestigieux Orchestre Philharmonique de Berlin, dont il refusa tranquillement de devenir chef à vie, pour préserver sa liberté. Spirituelle, d’abord. Physique ensuite. Car il était malade. C’est d’ailleurs à cause – ou grâce – à sa maladie qui l’accompagna pendant plus d’une décennie, qu’il réussit à intérioriser le son à tel point, qu’il s’élevait avec l’œuvre en la transfigurant, jusque sur les plans déviques éthériques, chaque fois qu’il dirigeait. Très rare en effet.
Sensibilité exacerbée, tellement épurée et raffinée, Claudio Abbado avait atteint ce que Pythagore nommait la musique des sphères. Ce n’est pas un hasard si ce poète du son gardait à son chevet l’œuvre de Hölderlin, lui aussi poète de la quintessence romantique germanique, mettant du baume sur ses blessures existentielles de la seconde Guerre mondiale.
A chaque regard du maestro, tout musicien était touché par son intensité. A chaque trait de correction, tout instrumentiste était subjugué par la justesse d’intention. Parce que la musicalité d’ensemble de l’orchestre doit nécessairement passer par une responsabilité consciente d’écoute individuelle, qui rend le son de chaque instrument avec plénitude et plus grande profondeur.
Transcender la sonorité devenait une expérience de conscience de groupe, dont l’unité était restituée par une cohésion parfaite et une verticalité centrée comme personne ne l’avait jamais atteinte auparavant. Car Claudio Abbado existait dans et pour la musique uniquement.
Festival de Lucerne, 2012. Il est au pupitre et dirige le Requiem de Mozart. Un souffle particulier s’élève dans la salle. Le chœur entonne la messe de mort. La sienne. Pendant tout le morceau, il reste ancré dans le sol, sans bouger un pied. Le haut de son corps se meut comme un roseau dans la brise. Et son visage embrasse l’ensemble des musiciens, les yeux levés au ciel, à-demi clos. La baguette fait flotter des arabesques élégantes et précises, qui ne bat pas la mesure, mais ordonne la beauté pure des accords et des incantations. Le dernier accord est en majeur. Accès définitif à la lumière lors de la transition. Silence total dans la salle. Recueillement majeur: droit mais épuisé, le chef a fermé les yeux, la baguette contre le cœur. Instant magique: une méditation de l’être, une prière de l’homme transfiguré, ascensionné par l’attraction de la lumière divine, Claudio Abbado a offert au monde l’exemple même de cette maîtrise du son, par le silence intériorisé qui ponctue les rythmes de la beauté et de l’harmonie de la vraie musique.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     

Nelson Mandela, Maître de la Dignité Humaine
Décembre 2013
 

Une Lumière est née dans les cieux. Un diamant aux radiations arc-en-ciel. Une conscience de cristal, pour guider les pas de tous ceux qui n’ont pas encore compris que l’Amour universel est la cohésion, le ciment, la colle qui fait de l’Humanité une seule unité.
Mandela le père, Mandela le frère, Mandela l’ami. Mandela l’exemple citoyen. Mandela, l’exemple politique poussé à l’extrême de la justesse et de la liberté d’agir.

Je me souviens, enfant, des cadeaux familiaux ramenés une fois par an d’Afrique du Sud. Un collier en perles colorées zulu. Une figurine en bois sculptée. Fabriqués «par des nègres aux pieds nus». Cest ce que l’on nous disait. Je me souviens au collège, les interminables discussions où je ne pouvais supporter d’entendre les propos racistes de mes camarades, dans les sarcasmes et les rires
Je me souviens mes parents, ulcérés de me voir fréquenter «un noir», alors qu’ils attendaient que mes relations fussent de la «bonne société». Je me souviens ma révolte viscérale au Ku Klux Klan, à l’assassinat de Martin Luther King, et toutes les injustices du monde.
Et j’ai eu honte d’être de couleur blanche. Et de comprendre que, par l’arrogance des Blancs, par la domination des Blancs, par la soi-disant intelligence des Blancs, on détruisait, divisait, on séparait, on réduisait à néant ce que l’on croyait construire comme super-civilisation. Une civilisation qui pouvait tout se permettre, car elle régnerait en maître sur l’ensemble du monde humain. Si vous saviez comme j’ai eu honte.
Quand, dès le plus jeune âge, on fonctionne impersonnellement en résonance à la collectivité, et qu’en permanence on reçoit des informations d’une telle indignité, injustice, la souffrance de l’autre quel qu’il soit imprègne le coeur des cellules. Il faut alors transformer cette souffrance innée, vivre et agir au quotidien, en manifestant cette qualité nécessaire que l’on nomme compassion, pour pouvoir survivre.
Mandela, Ghandi ont été des hommes de compassion. Car l’amour, imprégné de justice, a été leur moteur. C’est la voie du pardon.
Ils ont libéré leurs peuples des peurs de la différence, donc de l’ignorance.
Mais l’ignorance est encore présente. Tant que l’on ne pensera pas autrement. A considérer que sur terre il n’y a qu’une seule race, la race humaine: arc-en-ciel.

Avec toute ma reconnaissance, Madiba.

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *   

Lettre ouverte à Sa Sainteté le Pape François

Le texte original est en italien. La traduction française se trouve juste après.
3 novembre 2013, 13h UMT.

Lettera aperta a Sua Santità il Papa Francesco

La chiesa cattolica romana sta morendo. Lo sa bene ed è per quello che il Suo compito è molto difficile. Francesco d’Assisi, il « padre e guida» della mia vita di cristiana e cittadina responsabile e laica, mi ha insegnato, attraverso i camini scientifici di Pitagora, che l’umanità si deve trasformare in unità di genere, per adottare l’attitudine giusta della pace e della fraternità. Gesù ci ha puntato la via giusta. Ma da due milleni o quasi, l’istituzione della chiesa cattolica ne ha cambiato la direzione. E Lei lo sa.
La simbolica della messa ci parla molto «chiaramente» ! (Si ricorda che la compagna di Francesco d’Assisi si chiamava Chiara)… All’ultima Cena, Gesù diceva: «Prendete questo pane, è il mio corpo. Prendete questo vino, è il mio sangue». Queste parole si dicono nella messa —celebrazione simbolica e magica— al momento più significativo dell’eucaristia.
Allora pongo questa domanda: Perchè noi, che abbiamo la fede di Cristo, consapevole in ogni cellula del corpo, non possiamo bere il vino-sangue ? Perchè noi, fedeli tra i fedeli dobbiamo accontentarci di prendere il pane-corpo?
La risposta è questa: L’eucaristia è il simbolo dell’unità divina della Vita Cristica (e non cristiana). Questo simbolo è l’unione interiore delle due polarità di genere maschile-femminile. Questo simbolo è il risultato vivente per chiunque ha ricercato e trovato l’unicità interiore e lo piazza nella casa della Gerusalemme Nuova, quando la fede ha lasciato posto al vivere divino, in ogni momento del quotidiano che ci porta sulle vie del pianeta. Non si tratta della città in Terra santa. Ma della Città della Revelazione (Apocalisse di S. Giovanni) con le sue dodici porte.

Facciamo allora questa dichiarazione: per i fedeli, la messa cattolica è stata mutilata dalla polarità femminile –il vino–sangue cristico– al momento chiave dell’eucaristia !! (La polarità maschile essendo il pane-corpo spirituale cristico). Tanto è vero che solo i preti consacrando la messa sono autorizzati a bere il vino !
«(…) Se è vero che I Sacramenti sono I Sacramenti della fede (…) (Lumen Fidei, enciclica sulla fede, p.80, Papa Francesco, Vaticano 2013), allora è anche vero che la sacralità del Sacramento dell’eucaristia non è stata rispettata. Da due milleni or so no.

Vale la pena anche di dire che da tutto questo tempo, la Madre Chiesa è stata instaurata da uomini, nutrita e gestita da uomini.  E che gli effusioni di fede pubblica verso la Vergine Maria sono un’appello tragico e domanda di garanzia alla Sua mansuetudine, per tentare di cambiare qualcosa che non viene. Lo dico fermemente, non c’è molto di grande in queste preghiere. Mi sembrano vuote. La Chiesa Madre è stata la casa illusoria dove niente di femminile ha avuto luogo, oltre tentative di velare e sbilanciare la vita divina. 
Ed è gravissimo.

Santo Padre, Lei viene da un «paese femminile» (si trova nell’emisfero sud-femminile di polarità). Non è un caso. Come Francesco d’Assisi, Lei porta sulla Sue spalle le deviazioni di potere dei Suoi predecessori. Ed è un peso incomensurabilmente elevato per un’uomo solo. Ma come dice nel Suo Lumen Fidei, (op. cit.) una volta trovato e vissuto Dio, c’è da continualmente cercare lo scambio e la relazione per avanzare nella fede manifestata.

Oggigiorno, il mondo si femminilizza. Ciò significa che l’obiettivo principale e globale di questo cambiamento ci offre — all’umanità una— di cambiare mentalità. Per finalizzare quello a che aspiriamo tutti: la pace nel mondo.
La pace è la polarità femminile. La guerra è la polarità maschile !
Ma per arrivare a questo scopo, significa che c’è molto da fare per bilanciare le due polarità in se stesso. In ognuno di noi esseri umani, uomini e donne.  Qualche sia il posto nella società.

Se mi permette, Lei rappresenta la polarità femminile, in una casa-madre Chiesa maschile…. Il Suo compito di fare cambiare mentalità nelle Sua istituzione, oltre ad invitare delle donne a essere preti come Maria-Maddalena, sarebbe di cambiare il simbolo sacro dell’eucaristia – la communione globale con Cristo –  per tutti fedeli che vogliono la Verità universale – katholikos.

Grazie della Sua presenza nel mondo.
Cordialmente a Lei

sylvie touranne

Traduction:

L’Eglise catholique se meurt. Vous le savez bien et c’est pourquoi votre pensum est si difficile. François d’Assise, le «père et guide» de ma vie de chrétienne et citoyenne responsable et laïque m’a enseigné, à travers les chemins scientifiques de Pythagore, que l’humanité doit se transformer en unité de genre, pour adopter l’attitude juste de paix et de fraternité. Jésus a montré la vraie voie. Mais depuis quasi deux millénaires, l’institution de l’Eglise catholique en a changé la direction. Et vous le savez.
La symbolique de la messe nous parle très «clairement»! (Vous rappelez-vous que la compagne de François d’Assise s’appelait Claire)…  A la Cène ultime, Jésus dit: «Prenez et mangez de ce pain, il est mon corps. Prenez et buvez de ce vin, il est mon sang». Ces paroles sont dites pendant la messe – célébration symbolique et magique – au moment le plus important de la communion.
Alors permettez-moi de poser cette question: pourquoi nous, qui avons la foi de Christ conscient dans chacune de nos cellules, ne pouvons-nous pas boire le vin-sang ? Pourquoi nous, fidèles entre les fidèles devons-nous nous contenter de prendre le pain-corps?
La réponse est: La communion est symbole de l’unité divine de la Vie Christique (et non chrétienne). Ce symbole est l’union intérieure des deux polarités, de genre masculin et féminin. Ce symbole est le résultat vivant pour qui a recherché et trouvé l’unicité intérieure, et qui peut la placer dans la maison de la Nouvelle Jérusalem, quand la foi a laissé la place au vécu divin, à chaque moment du quotidien qui nous emmène sur les chemins de la planète. Il ne s’agit aucunement de la cité en Terre sainte. Mais de la Cité de la Révélation (Apocalypse de Saint Jean) avec ses douze portes.

Déclarons ceci: pour les fidèles, la messe catholique a été amputée de sa polarité féminine –le vin-sang du Christ– au moment de la communion! (La polarité masculine étant le pain–corps spirituel du Christ). Il est vrai que seuls les prêtres consacrant la messe sont autorisés à boire le vin …
«(…) S’il est vrai que les Sacrements sont Sacrements de la foi (…)» (Lumen Fidei, enciclica sulla fede, p.80, Pape François, Vatican 2013), alors il est aussi vrai que la sacralité du Sacrement de l’eucharistie n’a pas été respectée. Depuis presque deux mille ans.

Il vaut la peine aussi de dire que depuis tout ce temps, l’Eglise Mère a été instaurée par des hommes, nourrie et gérée par des hommes. Et que les effusions de foi publique envers la Vierge Marie, ne sont qu’appel tragique et demande de caution à Sa mansuétude, pour tenter de changer quelque chose qui ne vient pas. Je le dis fermement, il n’y a pas grand chose de magnanime dans ces prières. Elles semblent vides. L’Eglise Mère est la maison illusoire, où rien de féminin n’a eu lieu, si ce ne sont les tentatives de voiler et déséquilibrer la vie divine. Et c’est gravissime.

Saint Père, vous venez d’un «pays féminin» (de l’hémisphère sud-féminin de polarité). Ce n’est pas un hasard. Comme François d’Assise, vous portez sur vos épaules les déviances de vos prédécesseurs. C’est un poids incommensurablement élevé pour un seul homme. Mais comme vous l’écrivez dans votre Lumen Fidei (op. cit.), une fois Dieu trouvé et vécu, il faut continuellement rechercher l’échange et la relation pour avancer dans la foi manifestée.

A l’heure actuelle, le monde se féminise. Cela signifie que l’objectif principale et global de ce changement nous offre — à l’humanité une — de changer de mentalité. Pour finaliser ce à quoi nous aspirons tous: la paix dans le monde.
La paix est la polarité féminine. La guerre est la polarité masculine.
Mais pour arriver à ce but, il y à fort à faire pour balancer, équilibrer les deux polarités en soi-même. Chez chacun de nous, hommes et femmes. Quelle que soit la position sociale.

Si vous me le permettez, vous représentez la polarité féminine dans une maison-mère Eglise masculine… Votre tâche de faire changer les mentalités au sein de votre institution, au-delà d’inviter des femmes à œuvrer en tant que prêtresses, comme Marie-Madeleine le fût, serait de changer le symbole sacré de l’eucharistie – la communion globale avec le Christ – pour tous les fidèles qui ne souhaitent que la Vérité universelle – katholikos.

Rendons grâce à votre présence dans le monde.
Bien à vous, cordialement

sylvie touranne

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     

Un nouveau roman de «Guerre et Paix»
Août 2013

En février 2014, les prochains Jeux Olympiques d’hiver seront ouverts à Sotchi par le Président en activité, dans le Caucase russe, près de la Mer Noire. La nation sera présentée au monde avec ses nombreuses transformations, après un XXe siècle de grande souffrances, physique, émotionnelle, mentale et spirituelle. Illusion ou réalité, ce sera à confirmer. Mais avant tout, ces Jeux Olympiques se manifesteront comme des célébrations du sport et de l’action, de la danse, de la lumière dans les cœurs, car cet espace de deux semaines sera empli de la trève de paix à travers toute la planète.
Pour ce faire, aussi parfaitement que possible, le président s’active à le démontrer.

Mais en ce moment, le monde vit un moment difficile. Et le chef de cette grande nation de ne pas être d’accord avec son homologue américain, pour intervenir militairement en Syrie. Comme citoyenne du monde, dont chaque cellule du corps répond totalement à l’esprit de paix, je voudrais m’aligner sur une non-intervention.
Mais est-ce un choix judicieux quand une population est pareillement manipulée ? Est-ce un choix raisonnable, quand la loi est dirigée par le chaos ? Certes, non. Surtout quand les droits humains fondamentaux sont devenus un non-sens dans un pays d’obscurité, dont le nom signifie – en sanscrit – lumière du soleil….

Mais quels sont les liens entre les Jeux Olympiques et la Syrie, demanderez-vous ?
Guerre et Paix... Bon, mais le temps du grand Tolstoi est dépassé. Ne l’aviez-vous pas remarqué ? Malheureusement, il semble que l’esprit politique russe des plus hauts décideurs manque de conscience, où l’énorme pouvoir politique actuel devrait être utilisé différemment. Là où les énergies du passé gagnent encore sur les nouveaux besoins humains.
Jouer le jeu de l’opposition politique, comme l’on joue sur le terrain de football, au lieu de jouer un rôle d’action, basé sur une claire intention de résoudre les problèmes avec ses «amis», sans aucune attitude de compétition, représente une confusion des genres.
Pourquoi, le pouvoir politique le plus élevé n’est-il pas utilisé pour arrêter immédiatement la guerre en Syrie ? Pourquoi ne pas requérir «amicalement» de son président, de quitter son pays et son pouvoir ? De façon à libérer la population de la dictature, l’un des dernières de la planète. Pourquoi ne pas manifester sa propre illumination subtile provenant du cœur, au lieu de souligner une conscience tout en muscles, dont l’intelligence est avant tout limitée à l’action sportive et les anciennes énergies compétitives polarisées.
En fait, une crédibilité bien plus large pourrait être proposée aux yeux du monde, avec comme conséquence une possibilité différente de travailler main dans la main avec les autres forces politiques, et porter la conscience de la paix en tous temps et en tous lieux.

Une intervention militaire externe pourrait être nécessaire. Pas vraiment à cause d’une ligne militaire interminable, visant à se défaire d’oppositions au pouvoir d’une grande nation, et visant à installer logiquement la démocracie là où elle est muselée, mais bien plutôt parce qu’aujourd’hui le monde entier à grand besoin d’une paix durable à chaque coin de rue. Et parce que l'esprit belliqueux, celui de la guerre, doit disparaître de la mentalité humaine.
Il est toujours difficile de transformer des habitudes. Mais il est clair que les anciens schémas visant à engager le pouvoir politique doivent changer. Comment ?  Entreprendre l’ouverture à de nouveaux comportements plus justes, par l’engagement du cœur individuel. Celui que l'on nomme cœur intelligent..... Ainsi, d’autres lignes d’action, sortant des cadres, peuvent advenir comme viables, pour le bien de tous ceux qui, en ce moment aspirent à la paix, en pensant aux générations suivantes.

Alors et alors seulement, la crédibilité permettant d’accueillir les Jeux Olympiques sur le sol d’une grande nation comme la Russie, pourra briller avec tout le respect et rayonner sur toute la planète, comme il se doit.

sylvie touranne

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

ARCHIVES


Mai 2013: Appel général participatif à la régénération /guérison  de la société planétaire des abeilles – Espèce Apidae – Genre Apis
Février 2013: 
Scandales agro-alimentaires
Décembre 2012: 
Le portail du Nouveau Monde
Juin 2012: 
Un événement qui doit changer la mentalité humaine
Mars 2012:La fin d'un monde commence maintenant
Mars 2012: Lettre ouverte à la nation belge
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Décembre 2011: 
L'Europe tremble
Mai 2011: 
Le triangle infernal
Mai 2011: 
Comment les écoliers enregistrent les événements

Avril 2011: 
Sauver la planète avec des ampoules pleines de mercure (?!)
Mars 2011: 
Une leçon japonaise planétaire
17 Marzo 2011: 
Cuore d'Italia 
Février 2011: 
Vents de liberté
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

*     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Appel général participatif à la régénération /guérison 
de la société planétaire des abeilles – Espèce Apidae – Genre Apis
Mai 2013

Le samedi 25 mai 2013, sur le lieu d'un rucher aux environs de Saint-Amour, dpt. du Jura (39) France aura lieu une journée dédiée à la régénération des populations d'abeilles dans le monde.
Cet appel général intervient à un moment spécifique de l’évolution globale interactive entre règnes humain et animal, où les énergies de la planète Terre se transforment considérablement, afin de manifester la véritable fraternité éclairée et pacifique dans un temps aussi proche que possible.

Au XVe siècle, Léonard de Vinci avait prédit que les abeilles se noieraient dans leur jus sucré, de par l’attitude d’avidité des humains et leur manque fondamental de discernement.
Aujourd’hui, la mort des abeilles résulte de co-facteurs: certains dus à l’inconscience humaine, d’autres dus à des phénomènes environnementaux indépendants de notre volonté, mais en conformité avec l’évolution générale de tous les règnes de la biosphère.

On peut énumérer les principaux facteurs: l’épandage massif de pesticides et fongicides sur les cultures agricoles, le «forçage» de productivité par l’alimentation des abeilles en sirops de sucres artificiels et antibiotiques. Et l’effondrement de l’intensité du champ magnétique terrestre, ainsi que la modification des directions de lignes de force de ce même champ magnétique terrestre (à l’instar des «suicides» de baleines ou d’oiseaux migrateurs).

La régénération et la guérison de la société mondiale des abeilles passe par une action des humains en conscience de coopération avec les abeilles, si nécessaires à l’équilibre de l’environnement et à l’alimentation générale des populations de la terre en fruits et légumes.

Notre participation à tous représente une responsabilité d’engagement qui s’étend à bien davantage que notre petite personne, si l’on admet que l’ensemble de l’humanité doit pouvoir, partout et en tout temps, manger sainement. Ce qui est loin d’être le cas, pour plusieurs générations encore.

Venez, participez, et soyez bénis pour votre engagement !
Cela ne coûte rien d’autre que le temps mis à disposition et la force d’intention !

 

 SKT

• Les précisions seront données au moment de l’inscription par e-mail (avant le 23.5):  yamanda@vtx.ch

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Scandales agro-alimentaires
Février 2013

Depuis des décennies, je boycotte l’une des plus grosses compagnies agro-alimentaires du monde. Au pays du chocolat, c’est un peu difficile quand on l’apprécie. A l’époque, c’était pour le scandale du lait en poudre que l’on donnait aux femmes accouchées dans les pays-dits du tiers-monde. Aujourd’hui, c’est pour le scandale des eaux en bouteilles. Et demain ? Les bénéfices de cette compagnie sont si élevés, qu’ils couvrent le PIB de bien des pays qui devraient être pourvus d’aide au développement de l’accès normal à l’eau potable pour leur populations.

 

Mais un autre scandale s’étend actuellement en Europe. Une fraude massive agro-alimentaire – l’usage de viande de cheval au lieu de viande de bœuf pour des sauces de pâtes –, qui représente le sommet d’un iceberg. Comme on le voit dans l’environnement, les icebergs fondent, et c’est peut-être la bonne nouvelle pour que d’autres scandales de cette envergure émergent à la surface. Non seulement nous savons que la viande n’est pas nécessaire comme nourriture quotidienne, mais elle est néfaste pour la santé (25% de tous les cancers, et 90% des cancers du système digestif). A ce point, les collusions avec l’industrie pharma est probablement beaucoup plus importante que l’on croit….

 

Jusqu’ici, l’on n’a pas encore abordé les animaux eux-mêmes. Les autorités britanniques ont décidé de faire une enquête au sujet de ce dernier scandale, car leur relation de respect aux chevaux est bien connue.

 

Les chevaux sont des animaux spéciaux pour l’être humain depuis la nuit des temps. L’utilisation des chevaux fait partie de toutes nos civilisations, partout. Présenter de la viande de cheval dans nos assiettes, devrait être chaque fois considéré comme un crime, que ce soit dans les meilleurs restaurants ou sur la table à la maison. Pourquoi pensez-vous que les chevaux sont illustrés avec des ailes ? Pensez-y.

 

Maintenant, considérons la viande en général. Il est temps d’ouvrir les yeux sur différents problèmes. Avec l’augmentation de la démographie planétaire, l’élevage de bétail est en sur-utilisation à travers le monde. Il  a bien deux décennies que l’on a publié que cette forme d’utilisation du territoire était illusoire pour nourrir la population mondiale. Un calcul élémentaire scolaire démontre qu’un hectare dévolu à l’élevage pour la production de viande nourrit un nombre sept fois moins grand qu’un hectare de production céréalière. Régulièrement pourtant, les agriculteurs préfèrent réclamer des subventions annuelles à leurs gouvernements pour l’élevage, dont les rendements économiques sont meilleurs. Par contre, le sens de la responsabilité des producteurs de viande est loin d’être représentative en termes de durabilité comme c’est la norme maintenant : 1) la chaîne maintenant le bétail dans des conditions d’hygiène pour la consommation est soutenue par l’industrie agro-alimentaire avec l’aide des industries chimiques et pharma. 2) La chaîne de distribution est toujours plus avare, maintenant la pression des prix sur les producteurs, qui font des erreurs dont les résultats sont les épidémies que nous connaissons. 3) Le choix de faire de l’élevage est clairement de répondre à la demande des consommateurs, qui quotidiennement continuent à détruire leur équilibre avec des habitudes malsaines, ne se souciant pas de l’impact que cela peut avoir sur leurs propres enfants et par extension, sur les générations futures. 4) De manger de la viande à notre époque (traitements industriels) résulte un réel impact social et psychologico-émotionnel (co-facteurs) dans l’augmentation de la violence domestique et de la violence des jeunes. Il est bon de s’en rappeler.

 

Manger de la viande, c’est manger de la mort ! La sagesse ayurvédique depuis des millénaires déclare que seuls les produits des animaux nourrissent les humains correctement : produits laitiers, œufs, miel. C’est tout.

 

La société humaine actuelle est le produit de la mort cellulaire des corps.
On peut vraiement attendre des consommateurs de changer d’habitudes de nourriture pour leur bien-être. Et pour ce qui est des décideurs, ils devraient mieux savoir ce qu’ils font, en s’aidant de visions véritables à long terme, plutôt que de s’appuyer sur de soi-disant experts qui leur donnent des chiffres statistiques, dont on sait que ces derniers sont manipulables à souhait. 

 

Les chevaux sont des animaux spirituels.
Les plus sages d’entre nous cherchent à se spiritualiser, afin de créer des relations plus cordiales entre tous. Même si le chemin est long, l’effort est louable.
Alors mangez davantage de céréales, de noix, de fruits et de légumes. Et vous serez bien plus heureux !

 

SKT

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Le portail du Nouveau Monde
Décembre 2012

Le calendrier maya se termine pour ouvrir une nouvelle page de l’humanité. Il est vrai que la Terre porte de nombreuses cicatrices, dues à notre manque de discernement. Mais une lumière particulière s’est formée, pour que cette période de 12 jours – du 12 au 24 décembre 2012 – nous imprègne de Vrai, de Beau, de Bon. Depuis 26'000 ans nous attendons ce moment. Et nous avons la chance de nous trouver incarnés pour le vivre tous ensemble au sol de notre Planète bleue.

Regardons vers le ciel. Oui notre système solaire se trouve au centre de la galaxie. Les Pléiades nous envoie leur lumière. Mais plus proche de nous, les énergies du Centaure Chiron nous ciblent de sa flèche d’Amour Vénusien immortel pour se répandre directement dans nos cœurs par l’expansion de notre Logos planétaire.

Un nouveau calendrier est en train de s’écrire. Sa page est blanche. Blanche de Synthèse. Avec l’aide des Etres de Lumière, prenons conscience de nos transformations les plus intimes. Entendons notre cœur nous dicter la paix. Dansons les rythmes d’une terre sacrée. Spiritualisons nos décisions et regardons en avant. Prenons la mesure de l’éternité. Et marchons dans les flammes de la Lumière. Parce que la confiance règne en maître. Pour les siècles à venir. La Main divine est tendue. Prenez la plume et écrivez sur ces pages encore vierges le meilleur de la conscience humaine. 

Viola Victoria Christie

 

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Un événement qui doit changer la mentalité humaine
Juin 2012

A l’aube du 6 juin, les cieux offriront à l’humanité la possibilité de changer de comportement. Au lever du soleil, on pourra tous capter un puissant message : « Entrez dans le processus des relations justes, par davantage de pure amabilité. Ayez la volonté de concensus en toute situation, car le temps est venu de partager, concrètement. Soyez plus cool et simples ! Prenez acte de votre polarité féminine intérieure, pour autoriser globalement et universellement la reconnaissance de chacun/e tel qu’il/elle est. Permettez aux femmes d’accéder à toute position égalitaire, de respecter leurs travaux créatifs, plutôt que de les juger, de les harceler et de les considérer comme objets à utiliser, puis à jeter. Cela commence à l’école ! Sachez que la Mère du Monde est présente à toutes vos intentions, actions et attitudes. Et finalement, engagez-vous à cette profonde transformation qui mène à la paix absolue à tout prix. La paix de l’esprit et des émotions. La paix dans le cœur. La paix au travail. La paix de l’amitié vraie des bonnes relations entre tous les êtres humains.»

C’est la signifiance de l’alignement entre la planète Vénus avec le Soleil et la Terre. Quand Vénus rétrograde devant le Soleil, notre Sœur aînée envoie un signal clair à prendre en compte pour les décennies qui vont suivre. Cela n’arrive qu’une fois par siècle. Et c’est maintenant. Pour certaines raisons spécifiques, cela se passe en deux fois, au mois de juin seulement. La première partie est l’introduction du message – ce fut le 8 juin 2004 – et la seconde partie est la demande d’application sage du message. C’est encore plus fort, lorsque cela se passe dans la constellation du Taureau et le zodiaque des Gémeaux. Saisissons cette chance.
Alors nous serons en mesure de nous comporter véritablement en frères et sœurs. Et ensuite, nous serons appelés à de nouvelles tâches aimables.
Prenez conscience de cette grande réalité.
Le temps est arrivé.
Paix à tous.

 

Viola Victoria Christie

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

La fin d'un monde commence maintenant
Mars 2012

Peuples de l’Humanité: scrutez le ciel clair de ces jours. Une lumière spéciale s’y fixe après que le crépuscule ait assombrit la terre. Cherchez la constellation d’Orion. Et réjouissez-vous d’admirer de l’un de ses côtés Sirius, et de l’autre Jupiter et Vénus, main dans la main.
Quand l’Œil de Dieu soutient de façon insistante la radiation du globe
 d’Amour, il se passe quelque chose dans les cœurs de tous les être vivants. Un étrange sentiment de douceur qui résonne dans les cellules. Un sentiment de beauté et d’harmonie. Une envie d’embrasser tous ceux qui passent par là, même inconnus. Une sorte de volonté de faire le silence sur les habitudes de conflits émotionnels, pour mieux écouter les énergies d’ouverture des cœurs et se laisser porter par le courant d’amour créé au sein des vibrations de la planète Terre.
Soyons clairs : oui, c’est la manifestation de l’Amour divin que nous pouvons voir dans le ciel. Avec d’autres planètes est créé un majestueux triangle cosmique. Qui a une signification profonde pour tout habitant de la planète. Nous sommes au seuil d’un changement extraordinaire de mentalité. Obligatoire, et qui demande un fort courage. 
La vérité est que nous entrons dans l’ère qui permet d’éradiquer la haine entre les peuples, pour installer l’ère de la fraternité aimante pour tous. Dans tous les recoins des cerveaux. Soyons conscients de ce fait.
C’est ce que le calendrier maya et tous les adeptes de la Sagesse immémoriale dans le monde ont transmis depuis bien longtemps. Nous y sommes. Synchronicité majeure des temps, cela se passe au moment où commence l’année solaire de 2012. Nous approchons le point vernal de l’équinoxe de printemps, et il est temps de reconnaître ce grand message divin.
Enregistrons cette brillante empathie dans notre intériorité, pour pouvoir l’irradier dans toutes les situations du monde extérieur. L’Amour universel est l’unique support de la justesse des relations durables, qu’elles soient politiques, économiques, sociales, scientifiques ou religieuses. Soyons aussi nombreux que possible des enfants du Dieu Unique. 

 

 

 

 

 

 

Viola Victoria Christie

 

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

 

Lettre ouverte à la nation belge
Mars 2012

 

 

 

Amis de Belgique je suis fâchée. Je n’ai plus envie de rire avec vos géniaux auteurs de bandes dessinées. Je suis fâchée et déçue. Pourtant, vous avez montré une très grande dignité à travers tout le pays, lorsque vous avez exprimé votre deuil national dans un geste unifié, après l’accident cruel de vos enfants survenu en Suisse, après qu’ils aient goûté à la magie de la glisse à skis dans les montagnes alpines qui vous manquent tant.

 

Amis de Belgique, ne vous rendez-vous pas compte de la signification de cet accident ? Un banal accident de la route ? Non, un signe du destin. Celui de tout un pays qui s’est fracassé dans le mur ! Pardonnez-moi d’être aussi directe.  Mais il est temps que vous compreniez que 28 personnes  – nombre 1, de l’unité – sont mortes, sacrifiées sur l’autel de la discorde de frères et sœurs ennemis qui vivent sous le même toit. Ces dichotomies politico-politiciennes, culturelles, écononomiques et sociales sont l’apanage de dominations de pouvoirs qui ne cessent de comparer ce qui ne doit pas l’être. L’esprit de séparativité vous a déchirés, à tel point que gouverner ensemble n’était plus possible. Vous avez banni de votre vocabulaire le mot «ensemble». La tragédie de l’accident a été nécessaire pour que vous vous réveilliez. N’est-ce pas en soi aussi une tragédie ? Celle qui démontre l’absurdité du non-respect des règles de la vie en famille ?

 

Amis de Belgique, ces enfants ont sacrifié leur vie pour que vous cessiez une fois pour toutes de vous comporter comme des adolescents immatures. Entendez-vous ? Cet accident ne pouvait pas arriver ailleurs qu’en Suisse, pays multiculturel, où les dissentions culturelles et politiques existent depuis que le pays existe. A la différence, que l’on met de l’eau dans notre vin tous les jours – concensus oblige –, que l’on tente de dialoguer pour trouver des solutions, que l’on manifeste une farouche volonté à accepter nos différences, dans le respect et la tolérance. Malgré quelques courants contraires et les tendances transitoires d’une société globalisée.

 

Amis de Belgique, reconnaissez vos comportements et habitudes de dualités. Les habitudes existent pour qu’on les change. Les dualités se polarisent toujours quand on manque de sagesse.
Changez d’attitude. Unissez-vous dans l’intention éclairée du cœur. Et pansez les blessures de ces familles héroïques, qui ont perdu leurs enfants, réunis dans un autocar comme les représentants de l’Amour fraternel auquel vous aspirez inconsciemment !

 

 

ST

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

L'Europe tremble
Décembre 2011

La monnaie européenne «fête» ses dix ans d’existence. Sonnante pendant quelques années de bling-bling économico-financier. Et maintenant trébuchante, de par les mensonges organisés en très haut lieu. Voilant des réalités assez abjectes, en ce qui concerne la mentalité amorale d’individus destructurés dans leurs fonctionnements. Et destructeurs de l’édification difficile d’un continent qui cherche encore à s’unifier.
Mais à la décharge de ces pions, engouffrés dans les failles d’un système établi par de brillants technocrates, il faut bien se rendre à l’évidence que les billets européens, ne sont, à ce jour, toujours imprimés que d’un côté !
L’autre est blanc – ou plutôt gris – et attend que la machine administrative tentaculaire et inefficace se réveille enfin. Bloquée sur le registre illusoire des dettes provenant d’investissements faramineux des états en aspiration d’expansions à tout prix, elle a complètement occulté l’existence intrinsèque de ce que l’on appelle communément les citoyens !
Les citoyens d’Europe n’existent quasiment pas. Les citoyens d’Europe n’ont rien à dire. On fait pour eux. Pour presque cinq cents millions d’individus. Toutes sortes de mesures, lois, échanges, soi-disant facilités. On fait pour eux. Mais sans eux. Basta ya !
Agir pour le bien commun est une formule creuse, quand l’énergie du pouvoir mastodonte est toujours ancrée dans les règlements de comptes du passé, tout en faisant bien attention de ne pas se prendre les pieds dans un tapis politiquement correct, dont l’image hypocrite devrait être la référence.
Les assemblées de pingouins sur la banquise étalonnée à la lettre G se suivent et se ressemblent à chaque photographie. Pendant ce temps, les citoyens tentent de se débrouiller pour ne pas crever au bord des routes cahotantes et chaotiques de la bureaucratie, de la finance toute-puissante et des textes juridiques que personne ne lit plus, tant l’amoncellement de règlements devient indigeste, à des estomacs ulcérés par leurs théories polluantes.


C’est beau de voir l’Europe vue du ciel. Mais ce serait encore plus beau de voir l’Europe où les citoyens pourraient agir solidairement, au-delà des différence nationales. Avec le soutien d’une structure consensuelle fédéralisée. Et où les intérêts supérieurs primeraient sur les actifs toxiques nationalistes, dont le danger historique des comportements ne semble toujours pas écarté.
Que 2012 soit l’année de la fin des tribulations de ce calendrier humain, obscurci par tant de noirceurs, et révèle enfin l’énergie de ces cœurs qui s’ouvrent à plus de beauté, de paix et d’harmonie !

ST

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Le triangle infernal
Mai 2011

Pouvoir, sexe et argent.
La réalité de ceux, si nombreux dans ce monde, qui se trouvent journellement face à leurs fantasmes. Dans toute situation où l’un des pôles est dominant, les deux autres sont manifestés au niveau subconscient. Toujours. C’est même bien plus intense chez les individus qui présentent des problèmes d’identité, qui développent des peurs face à leurs profonds et noirs démons, qui établissent de lointaines projections sur d’illusoires ambitions personnelles. Lorsque l’on observe ces faits d’un point de vue énergétique, il est question de destinée. Et quand la destinée individuelle colle à la réalité planétaire, alors on est en présence de la réelle vérité.
Les actes démontrent que le mental intellectuel dirige le comportement de la pensée à des niveaux très différents, qui ne sont pas reconnus par la psychologie occidentale. C’est pourquoi les personnes occupant les plus hautes positions politiques, sociales, économiques peuvent atteindre des sommets de pouvoirs, uniquement d’après leur brillante intelligence, requise pour leur fonction dirigeante et les situations pour lesquelles ils sont compétents.
Ce n’est pourtant qu’un froid et pâle réflecteur de leurs possibilités. Ce n’est en tout cas pas le principe global d’être humain, qui permet de devenir un être humain complet. Avec un cœur ouvert.

La sagesse de la psychologie védique a depuis longtemps – des milliers d’années ! – analysé que la matière mentale passe à travers d’innombrables habitudes modelantes, pendant des temps très longs, pour atteindre ce que l’on nomme un mental illuminé accompagné d’émotions maîtrisées, de paroles sages, un contrôle permanent de soi et une attitude de générale innocuité. Tout juste le contraire de ce triangle infernal qui régit le monde actuel.
Les choses doivent changer. Les vieux schémas de domination puissante et totalitaire sur les masses et les individus doivent cesser.
Nous sommes à l’aube d’une nouvelle société, fondée sur des relations vraies et fraternelles qui recherchent la paix. C’est une réalité déjà vécue parmi les nouvelles générations. Cela peut devenir une réalité plus globale, seulement si les générations plus âgées adaptent leur conscience aux énergies qui arrivent et modèlent les transformations. C’est évidemment un effort à fournir à tous les niveaux. Et les premiers à être concernés sont politiques, financiers et sociaux. Quant aux masses unies, elles se trouvent déjà devant ! Et participent du changement.
Rappelons-nous juste qu’un manque d’adaptabilité en étant sourd et aveugle au changement entraîne de la résistance puis inévitablement des dégâts.
Si l’adaptabilité requise est trop difficile – pour quelque raison que ce soit – alors quittez votre poste et laissez ceux qui peuvent guider le monde faire leur travail au mieux. Ainsi parle la sagesse.

ST

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *
Comment les écoliers enregistrent les événements
Mai 2011

Alors que les médias du monde entier avaient tout juste annoncé la mort d’Usama Ben Laden au Pakistan, des enseignants saisirent l’occasion de parler du sujet dans des classes de primaires avec des écoliers âgés de 12 ans.
Bien, il est toujours intéressant de discuter de l’actualité à chaud, de façon à laisser émerger quelque prise de conscience. Mais cela demande un minimum de préparation, en fonction de la continuité des faits passés et de leurs résultats.
Lorsqu’un jeune prof s’abreuve uniquement à la source des médias généraux, la discussion de classe est alors focalisée essentiellement sur des événements polarisés pour ou contre. Au moment des questions et scénarios concernant le futur, les enfants élaborent des pensées de dégoût, de rébellion, de vengeance, de jugements. Et même des stratégies de punitions à l’endroit de ceux qui ont agi sur le terrain avec beaucoup de courage. Cela est très clairement dû à la masse des images de guerre, qu’ils sont autorisés chaque jour de regarder à la TV ou sur internet, devenant froide banalité dans leur mental encore tout jeune.
A table avec une famille suisse et leur enfant tout juste rentré de cette discussion de classe, il amena une demi douzaine d’idées, toutes réaffirmant la réhabilitation du terrain terroriste. Avec force détails. Et en mélangeant les protagonistes, les situations et les personnes en cause. Grandes incohérences aussi, instillées par un enseignant de l’Instruction publique officielle. Les parents écoutaient avec un sourire en coin, sans comprendre que les déclarations du jeune garçon étaient si graves qu’elles nécessitaient de les corriger immédiatement et éviter que ces pensées-semences ne prennent l’ampleur que l’on connaît aujourd’hui par les moyens des réseaux sociaux électroniques.

Il est aberrant de laisser passer des faits aussi importants si mal compris, polarisés et incomplets à travers le biais de l’école. Car on est à un doigt de la manipulation mentale autorisée… Ce n’est pas la première fois que des informations politiques tendancieuses sont distillées ainsi : cela passe aussi par l’apprentissage du vocabulaire d’une langue étrangère dont la définition n’est pas celle du dictionnaire, mais celle du savoir de l’enseignant….
Et l’on veut que nos enfants soient des citoyens modèles, responsables et respectueux de leurs enseignants et autorités?
Grave, les formattages ! Attention ! Ce n’est pas de l’instruction, encore moins de l’éducation !

ST

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Sauver la planète avec des ampoules pleines de mercure (?!)
Avril 2011

Est-ce que le discernement est véritablement une qualité développée par les décideurs au plus haut niveau ? On peut en douter. Alors que l’on doit radicalement réduire les énergies, toutes sortes d’innovations se présentent à nous et envahissent les marchés des consommateurs. Les ampoules que l’on utilise dans toutes les maisons, les rues et autres places pour l’éclairage en font partie.

Mais en matière d’esprits illuminés qui produisent les nouvelles ampoules à basse consommation d’énergie, on peut dire que leur sens des responsabilités est nul.

En fait, un nouveau scandale de santé publique et environnemental est en train d’apparaître : chaque ampoule contient entre 3-5 mg de mercure ! Et les écrans LED ne sont pas mieux. Et les tubes fluorescents non plus.
L’an prochain, le Parlement euorpéen, les gouvernements américain, suisse ont décidé d’interdire les ampoules à incandescence, parce qu’elles produisent trop d’énergie et de chaleur. Et durent trop peu… Pour une solution bien pire : des ampoules avec du métal lourd et des gaz, qui ne durent pas le temps escompté et nécessitent une méthode de recyclage extrêmement compliquée, à part de tous les autres produits, car la contamination de l’air, de la terre et de l’eau est hautement dangereuse. Tout cela coûte bien évidemment au consommateur et pas au fabricant qui s’en lave les mains. Et pour finir, dans les usines, les travailleurs sont tous malades de problèmes respiratoires, cutanés et de cancers.
Une nouvelle hérésie des lobbies !
Non, il ne suffit pas d’avoir appris que le mercure empoisonne tout ce qu’il touche. Vous souvenez-vous du poisson japonais il y a 60 ans ? Et ce n’est pas suffisant d’avoir édicté des lois pour retirer de l’usage les thermomètres médicaux et les amalgames dentaires.
Le mercure continue de polluer l’environnement durablement par toutes sortes de sources différentes. Dont les antibiotiques sont une partie importante !
Qui, au nom du sauvetage de la planète, a décidé un tel non sens ?
Non sens énergétique. Non sens environnemental. Et pouvoir inutile de ceux dont l’esprit éclairé est enterré dans les profondeurs des ténèbres. Ce qui n’est pas pour aider à faire émerger la conscience globale. Et surtout retarde considérablement la vraie volonté de faire le bien.

ST 

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Une leçon japonaise planétaire
Mars 2011

Vu de loin, le Japon vit une double existence : la population qui expérimente une réalité sacrifiée du quotidien et les décideurs, les experts scientifiques, les économistes qui veulent garder leur pouvoir à tout prix. Questions de priorités. L’immédiateté de conscience a tant besoin de vrais comportements. Les craintes humaines ont tant besoin d’être canalisées avec compréhension, compassion et sensibilité. Et pas avec des demi informations partielles.
Quand les mensonges sont depuis longtemps les moteurs de déviances et possessions financières, il est assez clair que vérité et transparence sont occultées dans les profondeurs d’une mentalité, qui a oublié la «Shinto attitude» des énergies équilibrantes.
La Terre Mère a parlé. Une chaîne d’événements a ordonné une chaîne de transformations. La queue du scorpion s’est retournée pour empoisonner des intentions du passé manquant fondamentalement de conscience des intérêts supérieurs. Que le choc soit salutaire. Et que le sacrifice de vies humaines soit reconnu pour les générations futures.

La radioactivité est un processus normal de transformation. Elle se passe dans un contexte de la Vie réellement gobal et à travers tous les règnes. De nouveau, parlons d’une chaîne de fonctionnements. La loi principale de la radioactivité est le pontage des règnes vivants. Ainsi est-il assez sage de considérer que la radioactivité minérale est absorbée par le règne végétal. Il en va de même pour la radioactivité humaine, absorbée par le cinquième règne de l’Esprit (par les tores magnétiques de l’ADN et non par ce que nous savons actuellement du génome). La chaîne est encore bien plus longue.
Pour en revenir aux accidents nucléaires, il faut savoir que de cultiver une bactérie unicellulaire permet de se débarrasser des déchets radionucléaires ! Elle se nomme Deinococcus radiodurans, et peut absorber d’immenses quantités de minéraux radioactifs comme l’uranium, le plutonium, le césium,…. En somme, un nettoyage biologique assez simple.
Depuis des années, les gouvernements SAVENT qu’il existe cette possibilité. POURQUOI AUCUNE ACTION DE CE TYPE N’A ETE DEVELOPPEE A TRAVERS LE MONDE ? PARCE QUE LES INTERETS D’UNE MINORITE TIRENT AVANTAGE DE CERTAINES DECISIONS POLITIQUES.
La Terre est en danger de par les actuels enterrements de déchets radioactifs ! Tôt ou tard, les containers de béton seront eux-même radioactifs. Et nos enfants, nos petits-enfants pourront être contaminés ! les sols seront contaminés. L’agriculture sera impossible. Est-ce la réalité que nous souhaitons ?
L’ère de la technologie fissile doit s’arrêter. L’approvisionnement énergétique n’est pas un problème: la clé en est la géothermie. Ne pas créer de la chaleur, mais la prendre là où elle se trouve. La chaleur souterraine. L’Italie a inventé cette technologie il y a des décennies. Une autre clé en est l’énergie marémotrice, pour tous les pays bordant les mers.
Pensons simplicité au lieu de sophistication. Pensons global, véritablement. 

Citoyens de par le monde, réveillez-vous, soyez conscients de ces faits. N’ayez pas peur. Et ne laissez pas les esprits formatés, scientifiques, économistes, politiciens, vous donner d’autres raisons en faveur de l’utilité de la puissance nucléaire avec d’autres intentions!

ST

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Cuore d'Italia
17 Marzo 2011

Io amo l’Italia.
Non quella da patriotismo nazionalista e separatista che cavalca attraverso le piazze riempite di rumori. Non quella dei partigiani che credono di avere sempre ragione. Questa Italia non mi va per nulla.

Ma amo l’Italia dal grande cuore aperto alla Vita. L’Italia della cultura europea maggiore. L’Italia che suona la musica bella sulle piazze da perfette proporzioni. L’Italia delle camicie bianche, lavate nella pace interiore. Quell’Italia raggiante, nelle sue risonanze molteplici, che danno agli spazi le loro ricchezze.
Amo quell’Italia veramente libera nel suo potere spirituale leonino, che ha fatto crollare le pietre, dove sono edificate le colonne vacillanti del duomo screpolato, che si definisce ancora universale, ma non lo è più.
Il paese del genio e di scoperte che hanno cambiato il mondo. Le invenzioni di Leonardo. La radio di Marconi. Il telefono di Meucci. La pila di Volta. L’elettricità neuromuscolare di Galvani. E tutte le particelle d’intelligenza coperte, poi scoperte in ogni angolo della Creazione.
Amo l’Italia che prepara la pizza per spazzare il pizzo.
Amo l’Italia che sorride al dente della pasta che riunisce, che riavvicina prospettive di fratellanza.
Amo l’Italia dell’eleganza raffinata che si veste di colori rari e da vibrazioni sottili.
Amo l’Italia che canta, che crea, che spera nel futuro della coscienza umana condivisa.

E voi tutti cittadini europei, sappiate che al cuore vero del continente europeo, si parla la lingua italiana, testimone dell’immensa cultura passata, presente e futura, la vostra.
Italia una e unita ti saluto!

STuran

(J’aime l’Italie. Pas celle du patriotisme nationaliste et séparatiste qui cavale à travers les places bruyantes. Ni celle des partisans qui croient avoir toujours raison. Cette Italie ne m’intéresse pour rien au monde.Mais j’aime l’Italie au grand cœur ouvert à la Vie. L’Italie de la culture européenne majeure. L’Italie des places aux proportions parfaites remplies de belles musiques. L’Italie des chemises blanches lavées dans la paix intérieure. Cette Italie qui rayonne en ses résonances multiples qui offrent aux espaces leurs richesses.
J’aime cette Italie véritablement libre en son pouvoir spirituel léonin, qui a fait s’écrouler les pierres où sont édifiées les colonnes vacillantes du dôme fissuré qui se définit toujours universel, mais ne l’est plus.
Le pays du génie et des découvertes qui ont changé le monde. Les inventions de Leonardo. La radio de Marconi. Le téléphone de Meucci. La pile de Volta. L’électricité neuromusculaire de Galvani. E toutes les particules intelligentes cachées puis découvertes en toutes parties de la Création.
J’aime l’Italie qui prépare la pizza et balaie le pizzo. J’aime l’Italie au sourire «al dente» des pâtes qui réunissent, qui rassemblent des perspectives de fraternité. J’aime l’Italie de l’élégance raffinée qui se pare de couleurs rares et de vibrations subtiles. J’aime l’Italie qui chante, qui crée, qui espère en un futur de conscience humaine partagée.

Et vous, citoyens européens, sachez qu’au coeur vrai du continent européen, on parle la languer italienne, témoin de l’immense culture passée, présente et future, la vôtre.
Italie une et unie  je te salue !) 

 *     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     *

Vents de liberté
Février 2011

Le Prophète dit à Dj’brîl (l’Archange Gabriel) qui lui demandait de l’informer sur les signes précurseurs de l’heure dernière : «Ce sera lorsque la servante engendrera sa maîtresse et lorsque l’on verra les miséreux pieds nus et mal vêtus, rivaliser dans l’édification de constructions élevées».  Ce texte a été transcrit par Omar ibn al-Khattâ à l’époque de l’imâm Abû Hâmid Al-Ghazâli (1058–1111). Ghazâli était un un Maître illuminé qui toute sa vie s’est employé à enseigner les véritables préceptes de l’islam, mais il n’est plus écouté aujourd’hui, car l’heure des dissensions et implosions tendancieuses a sonné.

L’édification de tours aux dimensions défiant toute concurrence se propagent dans nombre de pays, comme en Malaisie, Dubai ou d’autres lieux investis par un urbanisme hypermodernisé.
La servante dont il est question ici représente clairement la démocratie de tous les peuples libres. Quant à la maîtresse, elle est en train de perdre de sa superbe, dans ces rues bondées, menant à toutes ces places de libération, pour le respect et les droits humains dans les pays où islam et politique n’ont jamais fait bon ménage.
Neuf cents ans et tant d’incompréhensions aux messages simples et clairs du Prophète.
Neuf cents ans et tellement de conjectures faussées par la domination émotionnelle.
Neuf cents ans pour enfin comprendre que la religion de Mohammed n’a jamais prôné la dictature esclavagiste et le culte des martyrs pour cacher la misère et la pauvreté.
Neuf cents ans pour peut-être s’engager définitivement à respecter la dignité humaine et les femmes comme partenaires complémentaires à un développement des libertés essentielles.
Neuf cents ans et l’espoir de côtoyer la vraie réalité.

Merci à toi Barack le Bienheureux, à toi Hakîm l’infiniment Sage, à toi El-Adl le Juste, à toi Fattâh qui ouvre la voie vers la victoire….
Car «Innallâha kataba-l-ihsâna ‘alâ kulli shay» (Dieu prescrit la perfection à toutes choses).

ST 

*     *     *     *     *        *     *     *     *     *      *     *     *     *     *      *     *     *     *     * 

 

 
.